AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Poudlard :: Rez-De-Chaussée :: La Grande Salle :: Fête De La Victoire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Night We Met (Draco)

avatar
ϟ petites note : 13
ϟ ici depuis le : 21/02/2018
Lun 5 Mar - 22:06
D'autres ont vécu pire que moi... ce qui ne veut pas dire que c'est une bonne chose, ne croyez pas çà, mais d'autres ont vécu pire.

The Night We Met.
Je n’avais pas vraiment la tête à faire la fête, à lever mon verre pour la victoire, à repenser à chaque âme tombée pendant la bataille. Je ne savais pas si j’étais réellement prête à y faire face, si je le serais un jour. Surtout que là j’étais quasiment seule, Ron ne m’adressait presque pas la parole et Harry le soutenait, je n’en voulais à aucun d’eux évidemment, la situation était étrange entre nous trois depuis que Ron et moi nous étions séparés. Je pensais donc éviter la soirée, manger rapidement un morceau puis retourner dans la salle commune, me mettre en pyjama et lire un bon livre dans le fauteuil le plus confortable devant la cheminée. Jusqu’à encore ce midi c’était mon projet pour la soirée, puis la directrice McGonagall qui semblait avoir eut vent de mes projets, m’avait arrêter avant que j’entre dans la grande salle pour manger mon repas. Mlle Granger, j’espère que vous serez présente ce soir, il est important pour le moral de tous, que tout le monde soit présent. Manière élégante de dire qu’elle voulait que le Trio d’Or soit présent afin de montrer aux yeux du monde que nous allions bien, que nous reprenions le contrôle de nos vies, je soupirais un moment, jetant un coup d’oeil vers la table des Gryffondors où Harry et Ron étaient déjà installé en train de manger. Je serais là Professeur. J’avais fais un signe de tête à la directrice avant de rentrer dans la grande salle.

Ce qui nous amenait là, à cet instant T où les autres filles se préparaient en gloussant, se passant le maquillage et les brosses à cheveux dans un nuage de parfum entêtant. Les affiches disaient pourtant que la tenue de soirée n’étaient pas obligatoire, mais j’avais l’impression de revivre l’excitation du bal de Noël de notre quatrième année. Moi, j’étais toujours assise sur mon lit, en peignoir, hésitant entre enfiler un jogging basique ou bien la robe que je m’étais acheter en France, elle n’avait rien de très habillé, mais ça restait en faite ma seule tenue qui ne fasse pas habit de tous les jours, du moins à mon sens. Les filles commençaient à sortir et je n’étais toujours pas plus avancé, que dirait la Directrice si je lui avouait avoir ratée la soirée car j’étais incapable de me décider sur ma tenue. Je soupirais fortement, se n’était pas dans mes habitudes d’aller à l’encontre de mes professeurs, ainsi j’attrapais finalement la robe, l’enfilais rapidement, me chaussait et passais devant le miroir. Je n’avais jamais été comme les autres à me bichonner pendant des heures, mes cheveux en batailles semblaient encore plus indomptable qu’à l'accoutumée et mon regard semblait irrémédiablement attiré par les poches noires sous mes yeux et je me demandais encore combien de temps avant que quelqu’un s’inquiète de ces cernes et de mon manque de sommeil.

Je saisis ma baguette, heureusement, Ginny s’était mis en tête cet été de m’apprendre quelques sort, ainsi, même si je n’étais pas la meilleur pour ceux là, je lançais rapidement un sort qui me noua une queue haute sur le sommet de la tête et grâce à un autre, un léger maquillage apparut, très léger cependant, presque invisible. Et c’est donc en trainant des pieds que je quittais le dortoir qui était vide depuis longtemps, je pris tout mon temps pour descendre les sept étages espérant ainsi arriver le plus tard possible, rester le moins longtemps possible et reprendre alors mes projets à savoir, le pyjama, le livre, le fauteuil confortable et la cheminée. Je réussis à arriver un peu en retard, mais pas assez encore, puisque les derniers étudiants entraient en courant dans la salle et je les suivis tête basse. Comme souvent pendant ces évènements, les longues tables avaient disparus, là une seule se trouvait le long du mur couverte de nourriture et de boisson en tout genre où les gens pouvaient aller picorer selon leur envie. Les étudiants s’étaient réunis par petit groupe et discutait toutes maisons confondu, j’eus même la surprise de voir quelques taches vertes parmis le rouge, le jaune et le bleu, surprenant, mais bon signe pour l’avenir.

J’allais me diriger vers le buffet, me servir une bierraubeurre, quand deux choses se produisirent simultanément, La directrice demanda le silence pour commencer son discours et j'aperçus Ron et Harry un peu plus loin, Harry accompagné de Ginny qui rayonnait de bonheur et Ron en charmante compagnie, Lavande Brown s’accrochait à lui comme s’il était une friandise qu’elle s'apprêtait à dévorer. Je n'entendis pas le discours, juste un fond sonore alors que ma tête, mon coeur et tout mon être se battait pour décider ce que je ressentait. De la peine qu’il se montre avec son ex, qu’il m’ai déjà remplacé alors qu’il continuait à ne presque pas m’adresser la parole. De la joie, en me disant que finalement nous allions réussir à surmonter ça et redevenir amis. De la jalousie, en le voyant ainsi au bras d’une autre, mais aussi du soulagement de le voir au bras d’une autre. Cette situation était à devenir dingue et se furent les bras applaudissement qui déchirèrent soudain le silence qui me ramenèrent à la réalité. La musique s’éleva et je me dirigeais enfin vers le buffet, me demandant un instant s’il avait proposé du Whisky pur feu pour le majeur, sûrement pas, pourtant, j’en aurais bien eus besoin. Je pris finalement la bierraubeurre, seulement voilà, je fus soudainement bousculer, le liquide m’éclaboussa et je pestais alors qu’il coulait le long de mon décolleté. Non mais tu ne peux pas faire un peu attention. Je me tournais alors vers la personne et j’eus un petit rire quand je vis l’homme, blond, se tenant droit devant moi avec un petit rictus sur le visage. Je n’étais pas contente de le voir, voilà une chose qui bizarrement me fit plaisir, tout simplement parce que ça n’avait pas changé, quand je regardais ces petits yeux sournois, je n’avais qu’une envie, celle de le gifler. Pour un peu je l’aurais pris dans mes bras tant sentir cette normalité était douce.

Evidemment je me retint, je restais immobile, le fixant et remarquant à peine, la jeune femme se trouvant à ces côtés, je la connaissais bien sur, je l’avais souvent vu, mais je n’étais pas certaine que nous ayons déjà échangé la moindre parole elle et moi. Tu ne peux pas faire attention Malfoy, tu as besoin de lunette ou quoi ? Bon si je commençais à l’attaquer ainsi, je pouvais être sur qu’il allait répondre, mais ces joutes verbales à cet instant serait surement la meilleure chose de la soirée.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 6
ϟ ici depuis le : 17/02/2018
Mar 6 Mar - 14:31
the night we met
drago & hermione

“▬ Hors de question.” Ça, c’était ta première réaction lorsqu’Ellie avait débarquée en te mettant le parchemin sur lequel étaient inscrites toutes les informations concernant ce … comment ils appelaient ça déjà ? Une soirée de rassemblement, un truc pour le moral, histoire de passer un bon moment en laissant la guerre à l'arrière, oui, c’est à peu près le baratin qu’avait pondu la vieille McGonagall sur ses petites invitations reçues par hiboux au repas du soir. Toi ? Tu avais balancé ce machin dans les flammes. Aucun intérêt. Et puis, clairement, tu n’avais pas envie de faire la chasse à la bécasse pour te trouver une partenaire, une cavalière, peu importe quel nom on lui donnait … c’était la même chose : une nana pas trop laide pour l’image, histoire d’en avoir une au bras, qu’il allait falloir jeter le lendemain, en subissant les larmes de désespoir et les plaintes, sans compter les possibles menaces, bref. Trop fatiguant. Ouais. Sauf que tu avais pour seule et unique amie désormais une véritable emmerdeuse, une professionnelle du cassage de tête. Pas étonnant que Watchburry parvenait toujours ou presque à obtenir ce qu’elle voulait : elle savait y faire pour emmerder le monde, clairement. Et vas y qu’elle élevait la voix, pour finalement re-baisser d’un ton, qu’elle choisissait chacun de ses mots avec soin, pour finalement se remettre à hurler, se plaindre, avant de te sortir ce regard suppliant absolument ridicule, mais atrocement convaincant, quand même. “Tu viens avec moi, au moins t’es sûre que je viendrais pas pleurer dans ta chemise pour que tu m’embrasses comme une princesse.” Et comment tu devais prendre ça, hein ? T’étais pas assez bien pour elle, c’est ça ? Enfin, peu importe. Elle n’avait pas tort, sur ce coup. Des mois qu’elle te supportais, qu’elle traînait avec toi, qu’elle venait passer la nuit au manoir, et que tu allais dormir chez elle, t'endormant même parfois sur son lit … et rien. Pas même un peu d'ambiguïté, malgré quelques rumeurs à la noix racontant que tu l’avais fichue dans ton pieu. “▬ Bon, ok, ça va. Mais si tu me lâches pour un crétin, je le transforme en limace devant ton nez.” Elle s’était mise à rire avant de s’affaler sur tes pieds, dans le sofa de la salle commune. “Y’a aucun crétin digne de moi dans cette école, de toute façon.”

Lorsque cette soirée était arrivée, ça avait été un véritable cirque dans la salle commune des cachots, tout comme dans les dortoirs d’ailleurs. Toi, tu étais simplement descendu t’installer face à la cheminée en attendant Ellie. A tous les coups, elle allait en avoir pour des heures … c’était une fille après tout. Tu n’avais pas envie d’être élégant ce soir. Toutes tes tenues étaient des tenues habillées de toute façon … Tu n’avais rien de particulièrement décontracté. Ta mère avait toujours eu horreur de ça, elle aimait que tu sois élégant. Pour autant, si tu avais bel et bien sorti le costume, tu avais sciemment oublié de mettre tous les boutons de ta chemise et de la parer d’une cravate. A ta grande surprise, tu n’étais resté assis que dix minutes avant qu’Ellie ne se montre. Elle non plus n’avait pas eu envie d’en faire trop visiblement. Un jean, des talons, un haut un peu plus habillée que la normale … pas de robe, pas de coiffure extravagante comme certaines. Elle était restée simple, comme toi, mais ça ne l’empêchait pas d’être jolie. “On y va.” Elle t’avais tendue la main, et tu l’avais attrapée pour finalement te lever et l’accompagner jusqu’à la grande salle.

Lorsque vous étiez arrivés tous les deux, la fête avait déjà commencée. Certains étaient déjà en train de danser, d’autres préféraient se gaver de nourriture à la table … comme Weasley d’ailleurs. Ce crétin est l’un des premiers que tu avais repéré dans la masse, lui et ses cheveux roux dont la couleurs semblaient vouloir agresser ta rétine à chaque fois. Tu soupires même un grand coup lorsque tu remarques Lavande Brown qui s’accroche à son bras comme une sangsue … certaines choses semblaient vachement récurrentes quand même. C’était à peu près la même chanson pour Potter et sa rouquine en train de roucouler. “Arrête de bouder.” La voix d’Ellie te sors de tes réflexions. “▬ Un Malefoy ne boude pas, Watchburry.” Tu vois parfaitement la grimace qu’elle t’adresse, mais tu n’y réponds pas. De toute façon, avec elle, si tu argumentais, ça pouvait durer des heures. Le discours est comme toujours soporifique, et pas mal d’élèves semblent soulagés lorsqu’il se termine enfin et que la musique revient. Ellie te tire alors par le bras, te forçant à longer la table du buffet à toute vitesse pour aller danser … elle ne fait pas vraiment attention, trop occupée à se frayer un chemin dans la foule, quand à toi … et bien tu l’admets, tu te laisses faire, sans envie particulière. Jusqu’à ce que ton bras percutes quelqu’un et que tu te mettes à pester, tirant alors Ellie vers toi un grand coup. Surprise, elle manque d’ailleurs de trébucher et ce sont tes bras qui la rattrapes avant la chute. “Mais qu’est-ce que tu fou ? Merde.” Le truc, c’est qu’au même moment, une autre voix retentit. Provenant de la personne que tu viens de bousculer. “Non mais tu ne peux pas faire un peu attention.” Tu te retournes alors, lançant un regard noir à cette personne, peu importe qui elle est … avant de reconnaître Granger. Parfait. Il ne manquait plus qu’elle. Ton regard la parcourt de haut en bas, elle est couverte de Bierraubeurre ce qui fait naître un sourire moqueur sur tes lèvres, tandis qu’Ellie se dégage de tes bras. “Tu ne peux pas faire attention Malefoy, tu as besoin de lunettes ou quoi ?” Elle te provoquais en plus. Ton regard change immédiatement, il se durcit subitement. “▬ Bah alors Granger, on avait oublié de prendre sa douche ?” Derrière, tu entends Ellie, elle te hurle dessus. Te demandes de venir, de laisser tomber … mais forcément, tu ne peux pas t’empêcher de continuer sur ta lancée. “▬ Alors on s’est fait chiper son rouquin ? Ça fait quoi de se faire coiffer au poteau par une débile profonde ? On dirait que Weasley à vite fait son choix entre l’intelligence et le tour de poitrine …” Tu entends le soupire d’Ellie, daignant enfin te tourner vers elle, alors qu’elle râle une dernière fois pour finalement te planter là, avec Granger.
Made by Neon Demon

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 13
ϟ ici depuis le : 21/02/2018
Jeu 8 Mar - 12:29
D'autres ont vécu pire que moi... ce qui ne veut pas dire que c'est une bonne chose, ne croyez pas çà, mais d'autres ont vécu pire.

The Night We Met.
Je sens le liquide poisseux couler le long de ma peau, imprégner ma robe et savoir que tout es de la faute de ce blond peroxydé, me met en colère. Seulement, je sais que ce n’est ni le lieu, ni le moment de faire un coup d’éclat. Ce soir on est censé s'amuser, montrer au monde que tout le monde va bien. Je sens pourtant ma mâchoire se serrer, non mais vraiment, il voulait me faire sortir de mes gonds, je sais que jamais il ne viendrait pas s’excuser, mais il aurait pu m’ignorer, partir avec sa conquête et m’oublier. Je pouffais de rire, j’étais toujours en colère, mais c’était tellement ridicule, il était ridicule, de penser me faire mal avec ça. J’allais d’ailleurs ouvrir la bouche pour lui répondre, mais il ne me laissa pas le temps de le faire. Si au début, il avait été presque gentils, il eut un sourire narquois, au loin j’aperçus Ron et Lavande qui s’approchaient inexorablement du buffet et avalait difficilement ma salive. Ces paroles cette fois-ci furent comme des dizaine de coup de poignard. Je refermais la bouche, alors que lui même semblait trouver les mots pour décrire ce qui clochait chez moi, ce que je ressentais. Je pris une profonde inspiration, mais la colère remonta d’un cran, qu’il ose se servir de Ron et surtout que sans le savoir il utilise mes craintes et mes peurs. Il se tourna un instant, me laissant immobile, je sentis mon poing se serrer. Je tentais de respirer, de me calmer, mais c'était peine perdue, c’était comme si soudain, toute la peur, la colère, la tristesse et les doutes venaient de se mélanger dans une grosse boule d’énergie négative qui ne demandait qu’à être évacuer. Je ne sais pas si j’aurais pu me contrôler, si j’aurais pu rester silencieuse, quitter la grande salle et laisser courir. Je voulais croire que oui, que je pouvais me contrôler, je l’aurais sans doute fait s’il ne s’était retourné vers moi, son petit sourire satisfait coller sur sa face de fouine.

Il était fier de lui, pensant sans doute qu’il m’avait cloué le bec et en un sens oui il l’avait fait. Je sentis un instant mon menton trembler, car même si je n’étais plus avec Ron, le faite qu’il retourne dans les bras de Lavande, ça me faisait mal. Je fis alors une chose stupide, je le savais déjà, pourtant en troisième année cela m’avait fait un bien fou. Alors sans hésiter, je levais la main, la lançais dans sa direction et elle claqua fortement sur sa joue, un son que beaucoup entendirent et le silence se fit un instant autour de nous alors que nous nous toisions, je pouvais voir sa peau rougir avec la forme de ma main. Voldemort a réussi à te griller le peu de neurone que tu avais toi.. Bon je savais que là j’avais été trop loin, pourtant, je ne regrettais pas, j’aurais même eut d’autre chose à dire. Colovaria Maxima Je le regardai dans les yeux, murmurant mon sort sans même y penser, mais me disant qu’il avait besoin d’un peu de couleur. Puis le bousculant fortement, je me dirigeais vers la sortie, je sentais les larmes me monter aux yeux et je ne voulais pas que l’on me vois craquer, même si alors que les cheveux du prince des Serpentard viraient au rose bonbon avec des pois bleus, je me retrouvais face au roux et sa compagne. Je le poussais alors fortement, la colère flambait dans mes yeux. Crétin ! Et voilà je m’étais donné en spectacle, sans attendre, je quittais la salle en fixant le sol, mais je ne remontais vers le dortoir, à la place, je pris le chemin de la sortie, j’avais besoin de prendre l’air, peut être même de crier pour faire évacuer la frustration qui m’habitait maintenant.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 6
ϟ ici depuis le : 17/02/2018
Ven 9 Mar - 12:34
the night we met
drago & hermione

Tu pestes un instant contre la brune. C’était pourtant elle qui avait insisté pour te traîner à cette fichue soirée … et voilà qu’elle t’abandonnais lâchement, devant Hermione Granger en plus. Bien entendu, tout était entièrement ta faute, mais hors de question pour toi de reconnaître tes torts, ce n’était pas dans tes habitudes. Sans doute pour ça que tu sens immédiatement tes nerfs se tendre sous ta peau, et la tension s’installer au creux de ta poitrine. Granger … C’était l’une des dernières personnes que tu voulais voir. Elle. Potter. Weasley. Leurs familles. Leur groupe d’amis débiles. Ces pseudo héros de guerre que tu ne pouvais vraiment, mais alors vraiment plus voir en peinture. D’ailleurs, tu n’hésites pas une seconde avant de l’attaquer. De fondre sur elle comme un vautour qui n’attendait qu’une carcasse à boulotter. Tu commences doucement, pour y aller crescendo … et tu finis bien évidemment par aborder le sujet Weasley, appuyant sur la corde sensible sans te soucier des conséquences, ou encore des effets.

Comme toujours, un sourire narquois viens décorer ton visage, dans ces moments là. Ce sont des détails de ta personnalité que tu tentais de chasser ces derniers temps, mais qui revenaient au galop dans ce genre de moments. Comment aurais-tu pu réussir à te montrer sympathique, ou même neutre face à cette fille là ? La voir avait le don de t’agacer. C’était comme ça, et ça avait toujours été comme ça. D’ailleurs, tu ne savais pas toi-même pourquoi, même si c’était relativement évidemment. Pour un fils de sang pur, comme toi, élevé dans les préceptes archaïques de la famille Malefoy, voir une … une née moldue briller, la voir en savoir autant que toi, voir davantage était impensable. Combien de fois avait-elle mieux réussi une potion que toi, et ce, malgré les cours un peu particuliers de Rogue et les enseignements de ta mère ? Combien de fois, avait-elle fièrement lever la main, devant ton nez pour répondre à tout et n’importe quoi. Ca avait toujours eu le don de te mettre hors de toi, et ça avait provoqué cette haine, découlant finalement d’un peu de jalousie.

Tes paroles font mouches. Tu sais. Tu le vois. Son expression change, la colère se peint sur son visage, ses lèvres tremblent, mais bien entendu, elle résiste aux larmes qui menacent sans doute de se mettre à couler. A la place, et tu aurais sans doute du t’y attendre, sa main se lève pour immédiatement venir s’écraser contre ta joue, provoquant un son caractéristique qui résonne dans la grande salle. Lorsque tu regardes autour de toi, plusieurs personnes se sont retourner, et le silence s’est installé pour quelques secondes. Tu fulmines. C’était déjà la seconde fois qu’elle se permettait un tel geste. La première fois, c’était passé, simplement parce que tu n'était accompagné que de deux crétins que tu n’avais eu aucun mal à faire taire par la suite. Mais là … Là, elle venait de te mettre une gifle devant une grande partie de l’école et évidemment, ta fierté en avait pris un sacré coup. “Voldemort a réussi à te griller le peu de neurone que tu avais toi.” La simple évocation de ce nom te fait frissonner. Il était mort, mais son ombre semblait toujours planer au dessus de ta tête, en quelques sortes. Tu sers les dents. Retenant pour le moment toute ta rage, toute ta colère. “▬ Granger…” Tu grognes. Tu ne pouvais pas t’en prendre à elle, par ici, pas comme ça, pas devant autant de monde, et pour plusieurs raisons. La première était que tu étais sur un chemin dit de rédemption. Tu essayais d’être plus sympathique, de te montrer moins mauvais et de perdre cette réputation si peu engageante que tu te traînais depuis le début de ta scolarité. La seconde ? Et bien c’était Granger, justement. La très estimée Granger. Celle qui avait risqué sa vie aux côtés de Harry Potter pour sauver le monde. Tu sers les poings. Tu tentes déjà de te calmer, et de reprendre le contrôle de toi-même … jusqu’à ce que la voix de ton ennemie de toujours résonne de nouveau. Tu ne comprends même pas la formule qu’elle utilise, mais tu sens que le sortilège te touches. Elle te bouscules alors, sans doute pour s’enfuir, et tu l’aurais laissé faire si tu ne t’étais pas tourné vers la table à ce moment là, croisant ton reflet dans une coupe argentée. Tes cheveux. Qu’avait-elle fait à tes cheveux ? Tu attrapes la coupe, pour mieux y regarder. Rose. A pois bleus. D’ailleurs, tu entends déjà des rires résonner dans la salle tandis que Granger prends la fuite. De rage, tu balances l’objet sur le sol pour t’élancer à sa poursuite, tu te frayes un passage à coups d’épaules, bousculant pas mal de monde, jusqu’à parvenir à la porte. Elle s’est déjà enfoncée dans les couloirs, mais peu importe, tu la poursuis. “▬ Granger !” Tu hurles. La colère est bien là, présente dans tes gestes, dans ta posture, mais aussi et surtout dans ta voix. Tu accélères, alors qu’elle sort du château, et ce n’est que quelques mètres après la grande porte principale que tu la rattrapes, par le bras pour la tirer vers toi violemment. Tu as perdu toute patience, et ton regard froid la fixe un court instant. “▬ Tu vas réparer ce que tu viens de faire immédiatement ou je te …” Tu t’arrêtes subitement. Tu n’as pas envie de proférer ces menaces. Peu importe ce que tu allais dire, ça ne te ressembles plus, même s’il s’agit de Granger. “▬ Annule moi ce sort !”
Made by Neon Demon

_________________


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ VULNERA SANENTUR. :: Poudlard :: Rez-De-Chaussée :: La Grande Salle :: Fête De La Victoire-
Sauter vers: