AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Poudlard :: L'extérieur :: La forêt Interdite Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La curiosité est un vilain défaut. - FT Ellie

avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Dim 18 Fév - 13:59
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
La nuit est tombée depuis plusieurs heures maintenant. Voilà plusieurs jours qu'Ephraem doit lutter contre la pulsion dans son crâne, au point qu'il en a beaucoup de mal à rester concentré. Il sait qu'il doit rapidement se calmer sous peine d'un dérapage qu'il ne pourra pas contrôler. Depuis qu'il a passé presque une demi heure avec Ellie à parler, sa sensation ne l'a pas quitté. Comme pour le rappeler à l'ordre, qu'il ne doit pas se laisser aller. Dans ces moments là, il ne lui reste qu'une solution efficace, aller dans la forêt et chasser quelques créatures. Loin d'être lui même un monstre sans cœur, du moins pas quand il a toute sa tête, Ephraem essaie généralement de s'en prendre aux créatures maléfiques ou trop agressives.

Déjà que l'autre, Edge, se méfie de moi, autant éviter d'aller lui tuer quelques créatures sous sa protection.

Ce soir donc, le voilà parti pour la forêt interdite, en douce. Bien qu'il fut tout à fait autorisé à errer dans les couloirs maintenant qu'il est devenu professeur, il est bien plus sûr de ne pas être vu, afin d'éviter les questions indiscrètes. Ephraem s'habille d'une tenue de sorcier entièrement noire, qui le fait tout de même un peu trop penser à sa tenue de Mangemort. Il y cache plusieurs objets pouvant lui être utiles, et range sa baguette en travers de la ceinture. Une fois prêt, il décide tout de même d'aller faire un tour près de la salle commune des Serpentards, voir s'il n'y en a pas un ou deux qui traînent, histoire de commencer à passer ses nerfs en toute légalité. Certes il serait alors vu, mais il ne fait que son travail.

De toute façon, à un couloir près, je passe à côté de la salle commune. Autant m'assurer que tout se passe bien. Histoire d'éviter qu'un traînard me remarque justement.

Ephraem marche alors d'un pas discret et sans aucune lumière dans la direction donnée. Il ne remarque personne au final, bien qu'il lui semble entendre un léger frottement à un moment. Ne pouvant pas traîner plus que de nécessaire, il sort alors rapidement de Poudlard, évitant toute source lumineuse. Il lui faut ainsi un bon moment pour arriver en lisière de la forêt interdite, et le professeur s'y arrête un instant. Savoir ce qu'il va y faire fait augmenter son mal de tête à une limite de l'insurmontable. Eph sort son arme et s'engage d'un pas décidé, mais quelque peut hâtif, sans même chercher à s'orienter. De toute façon il ne cherche pas à trouver son chemin. C'est justement en se perdant qu'il tombera sur une proie intéressante.

Qu'est-ce que l'on va avoir aujourd'hui ? Une araignée ? Nan j’en ai marre de ces saletés. Un Erkling ce serait bien. Ce serait pas étonnant que ces saloperies soient arrivées jusqu'ici. Ou des loups-garous, voir des gobelins buveurs de sang … Ou une autre créature que personne ne soupçonne la présence ici ? Aaaah, il y a de quoi faire.

Ephraem se débarrasse de sa tenue de sorcier habituelle, trop gênante pour évoluer dans un tel terrain. Le reste de ses vêtement sont plutôt près du corps, pour faciliter tout ses mouvements. Seule une cape, attachée près du corps afin d'éviter qu'elle ne vole dans tout les sens. C'est là qu'il cache quelques objets, en majorité des petites fioles contenant une potion. Ephraem entreprend alors de se transplaner sur de courtes distances afin de repérer d'éventuelles traces. Il passe ainsi bien cinq minutes à laisser libre court à sa traque, se sentant peu à peu reléguer au second plan alors que sa colère prend le dessus.

Une trace. Un sabot. Centaure. Pas intéressant.

L'ancien Mangemort continue ainsi encore de nombreuses minutes, avant qu'un bruit, une branche craquée peut être, ne le perturbe. Il relève la tête tel un animal et scrute les alentours. Il se transplane à plusieurs endroits d'où auraient pu provenir le bruit. Pas facile à faire, en plein milieu de la forêt, mais il est clair pour lui qu'il est surveillé. Durant un instant, il lutte pour retrouver le contrôle. Il ne doit surtout pas faire de gaffe.

Un autre professeur ? Un élève imprudent ?

Qui est là ?

Mais son contrôle est rapidement dissout lorsqu'il repère par la même occasion la grande trace de pas d'un troll. Bien que plutôt idiots et ballots, les trolls se montrent assez imprévisibles pour être dangereux et de bon sujet pour Ephraem. Plus rien ne semble désormais pouvoir le tirer de sa traque, et il suit au pas de course la piste laissée par la créature. Une part de lui est déçue, il n'aura aucun mal à vaincre le troll. Il espère qu'il y en ait plusieurs en réalité.

Au pire, j'irai à main nues pour m'amuser un peu.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Dim 18 Fév - 20:46
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

Tu n’as même pas vu le temps passer. Comme toujours lorsque tu travailles, en réalité. Tu n’as même pas vu la lumière décliner, tu as en fait machinalement allumer une bougie d’un coup de baguette lorsque les ombres ont commencer à s’abattre sur le livre que tu étais occupée à lire. Lorsque tu as relevé plus sérieusement la tête, il faisait déjà nuit noire, et un sentiment de panique s’est emparé de toi, lorsque tu as lever les yeux sur l’horloge de la bibliothèque. Il faut dire que tu étais bien cachée là, au milieu des rayonnages, assise au sol, le dos contre une étagère. Personne n’est venu te chercher. Personne n’a même du remarqué que tu étais toujours dans la bibliothèque. La preuve, lorsque tu avais voulu sortir pour espérer manger un morceau, tu t’étais rendu compte que la porte était déjà verrouillée et il avait fallu que tu te serves d’un Alohomora pour te sortir de la pièce et te glisser dans la couloir. Tu avais alors couru jusqu’à la grande salle, pour finalement t'apercevoir que le service était terminé, et que les tables avaient même finies d’être entièrement débarrassées. Heureusement, un brave elfe de maison qui terminait son travail s’était visiblement rendu compte de ta détresse, il t’avais donc offert une part de tarte, ainsi qu’une miche de pain et tu l’en avais remercié bien poliement en avalant ta tarte, avant de quitter la salle en croquant dans ton pain. Pas le choix, maintenant, tu n’avais plus qu’à rentrer à ta salle commune … sans te faire repérer. Parce que oui, tu avais dépasser très largement le couvre feu. Si quelqu’un te trouvais dans un couloir à cette heure, que ce soit Rusard, ou de Cambourg, tu passerais sans doute un sale quart d’heure. Quoi que, maintenant que tu y pensais, tu n’étais pas contre croiser le dernier, vu qu’il était la raison principale de ton retard ce soir. Tu soupires en repensant à la liste des bouquins que tu avais pris le temps de chercher, et de lire en grande partie aujourd’hui. Ta main vient attraper le parchemin froissé sur laquelle s’étale ton écriture. Une liste de symptômes un peu vagues. “Maux de tête violents, changements de comportement …” Tu avais prévu de donner ça à Wilma, évidemment. Peut-être qu’elle saurait t’en dire plus, qui sait ? Toi et ta soeur n’aviez pas les même projets d’avenir, et la voie qu’elle avait choisie était vraisemblablement plus adaptée que la tienne pour étudier ce genre de choses. Le truc c’est qu’elle allait sans doute te poser des questions, et bien entendu, tu n’avais pas prévu de lui dire la vérité. Tu étais curieuse, tu le savais. Mais c’était plus fort que toi, le comportement de ton professeur de Défense Contre les Forces du Mal t’avais beaucoup intriguée, bien pour ça que tu avais noter ce que tu avais pu observer, histoire de fouiller un peu pour trouver une explication.

Perdue dans tes pensées, ce sont des bruits de pas résonnant dans le couloir sombre et froid du sous sol qui te font réagir. Quelqu’un vient, et par instinct de conservation sans doute, tu te glisses immédiatement derrière l’une des immenses armures qui décorent le couloir. Tu penches cela dit légèrement la tête sur le côté, pour observer celui ou celle qui a bien failli de prendre en pleine balade interdite, en prenant évidemment bien garde de ne pas être vue. Quelques secondes plus tard, une ombre surgit et tu reconnais immédiatement De Cambourg. Tu fronces les sourcils, surtout à cause de son accoutrement en réalité. Il sort. Il n’est pas juste là pour contrôler, non. Il va dehors. Du coup, tu hésites un moment, tandis que tu le laisses passer, puis remonter en direction du rez-de-chaussé. Tu pourrais simplement aller te coucher, evidemment, mais après avoir passer ta journée à fouiner sur son compte, l’occasion est trop belle. Tu attends donc un petit instant, avant de faire demi-tour et de te lancer discrètement à sa suite. La partie du château est compliquée. Tu mets tout en oeuvre pour éviter de faire du bruit, marchant le plus doucement possible afin que tes talons te résonne pas sur la pierre … en revanche, dehors, tu n’as pas le moindre mal à te cacher. Tu le laisses tout simplement prendre pas mal d’avance, avant de suivre. Et tu fais ça, jusqu’à le voir entrer dans la forêt. Forcément, tu n’as jamais aimé cette forêt. En fait, tu n’y as jamais mis les pieds, simplement parce que tu sais qu’elle grouille de créatures immondes … comme les araignées que tu as en horreur. Cela dit, trop tard pour renoncer, alors sans attendre, tu t’y faufiles aussi. Tu te postes dans un coin, dans l’ombre, bien cachée, pour l’observer tandis qu’il sort sa baguette. (tg ok ?) Il semble ensuite chercher quelque chose, un animal peut-être … en fait, il agit comme un pisteur. Un chasseur. Il retire rapidement sa robe de sorcier, sans doute pour être plus à l’aise et le suit ainsi, durant plusieurs longues minutes jusqu’à ce que tu commettes une erreur en cherchant à t’approchant à t’approcher un peu trop près. Un branche. C’est une simple branche qui manque de te perdre, lorsqu’elle craque bruyamment sous ton pied. “Qui est là ?” Tu grimaces. Tu pestes intérieurement contre toi-même. Figée, tu ne bouges plus d’un pouce. Retenant même ta respiration. Heureusement pour toi, il semble rapidement abandonner l’idée de trouver l’origine du bruit de branche, et se concentre sur tout autre chose pour finalement s’éloigner et évidemment, bien trop curieuse, tu continues de le suivre sans même savoir ce qu’il cherche exactement.

Ton espèce de traque se poursuit encore pendant plusieurs minutes. Tes pieds, peu à peu se mettent à te faire souffrir. Forcément, tu n’as les bonnes chaussures pour une balade en forêt, loin de là. Tu avances lentement, tu trébuches assez régulièrement et évidemment, à un moment donné … tu perds ta cible, bien plus préparée que toi visiblement, de vue. La panique te gagnes quand tu te rends compte que tu ne sais même plus d’où tu viens, et que tu es perdue. Encore plus, lorsqu’une créature - un gros insecte en fait - vient grimper le long de ta jambe, t’obligeant à t’agiter dans tous les sens en hurlant à gorge déployée ...
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Lun 19 Fév - 17:18
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Totalement effacé, le professeur à laissé la place au tueur. Loin de lutter contre ce fait, Ephraem laisse sa rage l'envahir complètement jusqu'à ce que ses pensées soient totalement embrouillées. Il est plus semblable à une bête qu'à un être humain dès à présent. Sa cible est repérée depuis un moment déjà. Encore quelques sorts et il l'aura trouvé. Une part de lui note des bruissements derrière lui, comme s'il était suivi, mais seul lui importe la traque et l'abattage de sa cible. Ephraem transplane encore une dernière fois et se retrouve nez à nez avec deux trolls.

Quel plaisir, deux pour le prix d'un. Je pouvais pas rêver mieux.

Il les regarde, immobile un moment, alors qu'ils n'ont pas encore repéré sa présence. Ne souhaitant pas profiter de l'occasion, pour ne pas tuer le sport, Eph se racle la gorge. Les trolls ont une réaction ressemblant à un sursaut. Nouveau moment de flottement, puis les deux s'élancent en beuglant, se saisissant de leurs troncs d'arbres. Ephraem les laisse venir puis il esquive un premier coup tout en se mettant hors de portée du second. Il en profite pour donner un coup de pied puissant dans l'articulation du genou du premier troll. Ce dernier titube et met un genou à terre. Ephraem se met à rire.

Et sans baguette en plus, bande de balourds ! Rien qu'avec mes mains !

Peu de gens savent qu'il est aussi un excellent combattant à main nue ou avec une épée. Il est vrai que ce ne sont pas des compétences très utilisées. Mais elles peuvent sortir de situations délicates. Le deuxième troll se rue de nouveau sur lui et se prépare à frapper. Le premier en profite pour balayer d'un large coup à l'horizontale, bloquant la plupart de ses zones d'esquives. Voilà pourquoi il faut éviter de sous estimer ses adversaires, ils peuvent se montrer surprenants parfois. Mais il en faut beaucoup plus pour surprendre et coincer l'ancien Mangemort.

Vous restez toujours aussi lents.

Cette fois-ci, il sort sa baguette et jette deux sorts, bien trop rapidement pour que les coups ne l'atteignent avant. Les deux trolls partent en arrière, emportés par leurs frappes qui ont étés repoussées. Celui encore debout chute, mais l'autre réussi à se maintenir, et finit par se relever. C'est à ce moment là qu'un cri se fait entendre. Le professeur en Ephraem reconnaît immédiatement la voix d'une élève. Les trolls y voient une autre cible. Ils font alors mine de courir vers la source du cri. Ephraem réussi à en bloquer un, et laisse passer l'autre.

En même temps, elle a rien à faire ici. Mais je suis responsable non ?

Ses pensées commencent à entrer en conflit sur ce qu'il doit faire. Mais son instinct meurtrier reprend vite le dessus, et de manière bien plus violente. Frustré d'avoir été interrompu dans sa chasse, Ephraem expédie son combat avec le premier troll. Il se décide donc à utiliser un sort qu'il a lui même mis au point et attend l'attaque. Celle-ci ne tarde pas à venir, Ephraem utilise alors son sortilège, le coup n'arrive jamais jusqu'à destination et le troll s'écroule, mort.

Au second maintenant. Puis l'imprudente.

En quelques transplanations, Ephraem rejoint le troll qui a trouvé sa cible. Sans se soucier de l'élève, Ephraem lance de nouveau son sortilège. Le troll s'écroule alors face contre terre, à quelques centimètres de la demoiselle en panique, alors que la zone où est censée se trouver son cœur n'est plus qu'un trou béant. Puis il transplane encore une fois au contact de l'élève, lui saisit le bras le plus proche de sa baguette et pose la sienne contre son cou. Il lui faut faire un effort surhumain pour ne pas la tuer sur le champ et pour la reconnaître.

Ellie ? Bon sang qu'est-ce qu'elle fait là !

BORDEL ! TU ES COMPLÈTEMENT FOLLE OU QUOI ? QU'EST-CE QUE TU FAIS LA ? J'AURAIS PU TE TUER !

Nouvel effort de concentration, et il la lâche enfin. Ephraem en profite pour tenter de se mettre dans des zones d'ombres afin qu'elle ne voit pas son visage. Elle n'y verrai qu'un masque de haine, des yeux injectés de sang et complètement fous, sans compter les légers grognements sortant de sa gorge. Mais il ne tient pas en plcae. Sa colère est loin d'être retombée, et le professeur doit livrer une bataille interne pour ne pas céder. Trépignant sur place, il cherche une solution pour rattraper tout ça. Le mieux serait de la raccompagner immédiatement à Poudlard, avec une punition bien sentie. Mais il sait aussi qu'il ne peut pas rentrer dans cet état. Heureusement, ses sens détectent d'autres mouvements, qu'il reconnaît aisément, pour en avoir affronté à de nombreuses reprises.

Tu as intérêt à avoir une très bonne explication. En attendant prépare toi. On a au moins une demi douzaine d'araignées qui rappliquent grâce à ton cri.

Il se rend compte par la même occasion qu'il l'a tutoie, signe de son énervement. Il reste sans bouger à l'observer un moment. Il ne fait aucun doute que ce n'est pas un simple hasard si c'est Ellie et pas une autre personne qui se trouve là devant lui. Leur discussion d'il y a quelques jours y est pour quelque chose. Il se décide néanmoins à la garder en vie, les araignées approchant lui serviront à passer ses nerfs, du moins l'espère t-il. Se retournant vers Ellie, il la détaille encore avant de lui donner des conseils.

Retirez votre robe de sorcier et vos chaussures. Ce serait plus une gêne qu'autre chose. Vous devez être libre de vos mouvements. Vous affronterez vos peurs des insectes au passage en leur marchant pied nus dessus.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mar 20 Fév - 14:57
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

Ton cri aussitôt sortie de ta gorge. La bestiole - qui en réalité était toute petite … - chassée de ta jambe, tes mains viennent aussitôt se plaquer contre ta bouche. Comment as-tu pu être aussi stupide, enfin ? Toi qui faisais tout, depuis le début de ta petite filature pour être la plus discrète possible, voilà que tu te laissais finalement totalement envahir la peur, voir même carrément la panique en hurlant comme une folle au milieu de cette forêt pleines de créatures bizarres. Maintenant, tu étais à peu près sûre d’avoir été repérée. C’était même certain. Non seulement, ton professeur avait dû t’entendre hurler, mais en plus, tu avais du être entendue par pas mal d’autres oreilles … Tu soupires. Lourdement. Tentant de calmer les tremblement incontrôlables de ton corps, et de ralentir un peu ton coeur, ainsi que ta respiration désormais saccadée. Il fallait que tu bouges de là. Que tu trouves comment sortir seule de cette forêt et que tu rejoignes ta salle commune pour la nuit. Il le fallait ! Il ne pouvait pas te trouver ici. Tu l’avais suivi. Ce n’était pas comme s’il te trouvais simplement dans un couloir après le couvre feu, non, c’était bien plus grave que ça. Ta curiosité t’avais poussée à faire la fouine et à te mêler des affaires personnelles de ton professeur. Et pourtant, pourtant, oui, tu ne savais même pas par où commencer. Tu t’étais contentée de suivre, en gardant les yeux fixés sur le dos de ton prof, et tu n’avais même pas vu de où tu venais. Tu n’avais pris aucun point de repère. Rien. Tu ne savais pas si tu devais prendre à droite, à gauche ou simplement aller tout droit ou faire demi-tour. Heureusement, tu as au moins ta baguette que tu t’empresses de sortir, tu la serres dans ta main comme une sécurité, qui finalement, n’est pas tellement rassurante.

Tu laisses quelques minutes s’écouler. Tu écoutes, tu tends l’oreille. Il y a du bruit … mais tu ne sais pas trop ce que c’est. Des grognements lointains, puis des pas lourds, suivis d’une odeur nauséabonde. Tu te recroquevilles tout contre le tronc d’arbre humide, espérant ne pas être repérée … Peine perdue. Surtout qu’à ta grande surprise, c’est loin d’être ton professeur qui se dresse maintenant devant toi. En fait, il s’agit d’un troll. Et un gros. D’ailleurs, tu aurais pu jurer voir un espèce de sourire se dessiner sur son visage difforme lorsque ses yeux globuleux se sont posés sur toi. Un troll … Est-ce que tu étais de taille à affronter un troll ? Normalement, oui. Mais tu te devais bien avouer que présentement, tu songeais plus à courir, peu importe la direction, plutôt que de te battre. D’ailleurs, au final, la question ne se pose pas puisqu’un éclair coloré vient subitement frappé la créature de plein fouet. Ce dernier s’écroule presque aussitôt, juste là, à tes pieds te faisant de nouveau sursauter. Tu fixes le cadavre immense un instant, jusqu’à entendre le craquement caractéristique d’un transplanage. Un main vient te saisir violemment le bras, celui qui tient ta baguette, celle du professeur, que tu reconnais aussitôt, se place tout contre ta gorge et tu écarquilles un instant les yeux. “BORDEL !” Il hurle. Il est fou de colère. “TU ES COMPLÈTEMENT FOLLE OU QUOI ?” Malgré ta situation, tu notes le changement de ton, par rapport à votre discussion passée. Le tutoiement, aussi. “QU’EST-CE QUE TU FAIS LA ? J’AURAIS PU TE TUER.” C’est ce qu’il te semble, oui. D’ailleurs, un frisson vient parcourir ton corps tout entier lorsque tu parviens, une fraction de secondes à capter son regard, encore plus sombre et animal que celui que tu avais pu apercevoir il y a quelques jours. Tu n’oses pas répondre, de peur de l’énerver encore plus. D’ailleurs, il te lâche enfin et ton bras retombe mollement au sol. Il s’éloigne, vient se placer dans l’ombre des arbres, comme pour s’y cacher un moment. Tu ne te relèves pas. Tu restes là, assise sur le sol. “Tu as intérêt à avoir une bonne explication.” Tu hoches la tête, tout en sachant évidemment que tu n’en as pas. Pas une valable, en tout cas. “En attendant prépare toi. A au moins une demi douzaine d’araignées qui rappliquent grâce à toi.” Evidemment, ton cri à alerter des créatures. Des araignées, qui plus est. Tu avais une sainte horreur des araignées, ainsi que des insectes. De plus, tu savais que ce n’était pas de petites araignées qui peuplaient cette forêt … Non, celles-ci étaient capable de te dévorer en entière comme si tu n’étais qu’une vulgaire mouche. Bon évidemment, tu avais un sort en réserve contre les araignées mais … ça ne t’empêchais pas d’en avoir réellement peur. Cela dit, tu te lèves quand même, te plaçant derrière lui. Il finit par se retourner, il semble t’observer un instant. “Retirez votre robe de sorcier et vos chaussures.” Tu plisses les yeux. Voilà qu’il te demandais de te déshabiller en plus, maintenant. “Ce serait plus une gêne qu’autre chose. Vous devez être libre de vos mouvements. Vous affronterez vos peurs des insectes au passage en leur marchant pieds nus dessus.” … Non, mais il était devenu complètement dingue ou quoi, celui là ? Et puis, comment il le savait d’abord que tu avais peur des insectes ? Tu avais presque envie de jouer la maligne en lui rappelant que les araignées, c’était même pas des insectes, d’abord. Mais évidemment, vu son état, et ta position actuelle, c’était hors de question. “▬ Hors de question que mes pieds touchent ces … choses !” Quand bien même il était en colère, et prêt à tout casser visiblement, ta peur et ton dégoût pour les araignées était plus forte. Tu consens cela dit à retirer ta robe de sorcière que tu roules en boule et que tu fourres dans ton sac. Manquerait plus que tu la perdes dès le début d’année, tiens. Mais tu gardes tes chaussures, même si elles sont loin d’être adaptées au terrain. Et puis, par la même occasion, tu t’approches encore un peu de ton professeur. Tu viens même agripper son espèce de cape, histoire de pas le perdre encore une fois. “▬ J’aime vraiment pas les araignées, vous savez …” Pas du tout, même. Même les toutes petites, d’ailleurs. “▬ Et pendant qu’on y est je suis désolée … Je vous ai suivi.” Autant dire la vérité maintenant. “▬ Je vous le dis. Comme ça au cas où je meurs dévorée par ces trucs … Voilà quoi.” Tu ressers ta baguette entre tes doigts. Cette fois, tu les entends, un partout autour de toi. Tu frisonnes. C’est comme si ça grouillait de partout. D’ailleurs, la première pointe le bout de ses mandibules pile à ta gauche et comme un réflexe que tu ne contrôle pas, tu lèves aussitôt ta baguette. ”▬ Aragna Exime !”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mar 20 Fév - 17:31
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Ephraem pousse un grognement d’irritation alors qu’Ellie se refuse à écouter ses conseils. Il doit refouler une partie de lui ayant une grande envie de la laisser se débrouiller toute seule, ou même de s’occuper d’elle lui-même. Heureusement, la partie plus lucide en lui à suffisamment repris le contrôle pour éviter une telle chose. Il évite de répondre, elle comprendra quand elle se sera tordu une cheville ou qu’elle ne sera pas capable de suivre la cadence. Si cela arrive, il la laissera sur le carreau jusqu’au dernier moment, histoire qu’elle comprenne bien la leçon. Il résiste aussi à l’envie de la faire obéir de force, mais ce serait contre-productif.

Cette soirée commençait pourtant si bien. Pourquoi est-ce que ça part en couille comme ça …

L’ancien Mangemort se tend en sentant une main agripper sa cape dans son dos. Il se force à ne pas se retourner violemment par réflexe. Son habitude d’éviter les contacts physique à la vie dure. Mais dans son passé avec ses parents, un contact physique signifiait une douleur cuisante. Néanmoins, le contact le met profondément mal à l’aise et Eph doit faire un gros effort pour ne rien laisser paraître. Heureusement, Ellie semble trop stressée et effrayée pour noter ce genre de détails, alors qu’elle lui avoue avoir une peur bleue des araignées.

Bizarrement ça ne m’étonne pas vraiment. Comme beaucoup de femmes il me semble. Puis avec leur taille …

Dans ce cas prenez ça comme un exercice en condition réelle. Vous n’aurez pas de meilleure occasion d’affronter ce qui vous effraie. C’est comme ça qu’on progresse le plus.

S’ensuivent les aveux comme quoi elle l’a suivi. Mais le professeur ne lui en veut pas vraiment au final. Le premier fautif à ses yeux étant lui-même, incapable de la repérer ni de se douter de sa présence malgré plusieurs signes. Il avait baissé sa garde devant sa soif de violence et en payait le prix. La situation en revanche fait ressortir sa colère, il allait devoir profiter de l’arrivée des araignées pour rapidement épancher celle-ci. Ephraem se rend aussi compte qu’il semble apprécier Ellie, donc les paroles viennent détendre l’atmosphère jusqu’à lui arracher un grand sourire.

Voyons, vous ne pensez quand même pas perdre cotre quelques araignées géantes ? Vous êtes bien meilleure que ça, sans compter que je suis là, et j’ai affronté des situations bien pires. On est à peine dans une garderie là.

Juste après avoir terminé sa phrase, les dites araignées débarquent en force. Il entend sa protégée lancer le sort habituel contre ces créatures. Mais face à autant d’adversaires, ce ne sera pas suffisant. Car Ephraem en entend d’autre arriver. Un sourire carnassier se dessine sur son visage et dans un cri de guerre, lance un premier sort pour faire reculer plusieurs créatures au même niveau, de manière à les aligner sur une même ligne. Là, il transplane sur leur flanc et lance son sort personnel, celui qu’il a travaillé de longues années, qu’il est le seul à maitriser pour autant qu’il sache.

CLIPESTAM !

Ephraem fait un mouliné avec son poignet et tend son bras d’un coup sec. Le sort part comme une lance vers les trois araignées alignées. Elles n’ont pas le temps de réagir qu’elles sont touchées. La première est coupée en deux, tout comme la seconde. La troisième ayant bougé, elle s’écroule avec un trou dans le corps. L’arbre juste derrière voit son écorce être légèrement arrachée par la même occasion alors que le sort le touche aussi. Mais les dégâts sur l’arbre sont minimes alors que le sort avait perdu en intensité. Il se retourne alors, ramenant son bras vers lui et positionnant sa baguette à la verticale. L’araignée ayant tenté de fondre sur lui se heurte alors à une sorte de mur de magie et est repoussée en arrière. Le professeur en profite pour transplaner de nouveau vers son élève.

Trois pour moi, et vous ? Soyez un peu plus créative ! Vous ne vous en sortirez pas avec ce seul sort. D’autres arrivent. Ahah ouais venez ! VENEZ !

Complètement insouciant désormais, seule compte la bataille en cours. Il se prépare à recevoir leurs nouveaux invités. Ephraem réussit toutefois à jeter un coup d’œil en arrière vers Ellie. Elle ne semble toujours pas totalement maîtresse d’elle-même. Il remarque à temps une autre araignée attaquant l’élève de flanc, qu’elle ne remarquera que trop tard. Il laisse faire jusqu’au dernier moment, puis il relance son sort clipestam pour former son bouclier et repousse l’araignée. Un mouvement de bras plus tard, celle–ci gît coupée en deux comme ses congénères.

Concentrez-vous ! Respirez et calmez-vous. Ne voyez en elles que des ennemis, pas des araignées. Ne vous laissez pas avoir par la peur et la répulsion qu’elles inspirent.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mer 21 Fév - 18:21
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

“Dans ce cas prenez ça comme un exercice en condition réelle.” Comme si ça pouvait changer quelque chose au fait que tu avais ces choses en horreur, hein ? Ça semble tellement facile, dit comme ça, d’ailleurs, lui semble parfaitement à l’aise. De ton côté, c’est toujours la panique, même si tu résistes assez bien à l’envie de te remettre à hurler. “Vous n’aurez pas de meilleure occasion d’affronter ce qui vous effraie. C’est comme ça qu’on progresse le plus.” … Oui, mais là, tu t’en fichais. Ta peur avait pris le dessus, c’était tout. Tu te fichais royalement de progresser ou d’apprendre quoi que ce soit, tu voulais juste rentrer, prendre une douche bien chaude et dormir pour oublier toute cette soirée. Que ce soit ce troll immonde, ces araignées répugnantes, ou encore le regard fou de ton professeur. Tout autant que son attitude du moment que te paraissait surréaliste. Cela dit, pour le coup, tu choisis de préférer le silence, afin de ne pas le provoquer davantage. Tu n’étais déjà pas en position de force, avec ta bête idée de l’avoir suivi là. “Voyons, vous ne pensez quand même pas perdre contre quelques araignées géantes ?” Et bien, si, justement. Il était là, le problème justement. Elles étaient nombreuses, oui, mais en plus, elles étaient géantes. A la maison, chez ton père donc, quand il t’arrivais d’en croiser une petite, sois tu appelais ton papa … sois tu attrapais l’insecticide pour en balancer la moitié de la bouteille sur la pauvre bête sans aucune forme de pitié. Mais là … Là, tu n’avais pas d’insecticide, et tu étais pratiquement certaine que de toute façon, ce truc de moldu serait parfaitement inefficace contre de telles bestioles. “Vous êtes bien meilleure que ça, sans compter que je suis là, et j’ai affronté des situations bien pires. On est à peine à la garderie là.” Est-ce qu’il essayait de te rassurer ? Sans doute. Est-ce que ça marchait ? Franchement, pas totalement. La seule chose rassurante était évidemment que non, tu n’étais pas seule. D’ailleurs étant donné qu’il était ton professeur, tu étais pratiquement certaine qu’il ne te laisserais pas mourir ici, sous peine de devoir rendre des comptes et de finir à la prison au milieu des Détraqueurs. Etant donné qu’il avait visiblement oeuvrer pour ne pas y aller après la guerre, en vendant ses ex-camarades, tu étais pratiquement certaine qu’il n’avait pas envie de s’y pointer pour une bête raison. Cela dit, pas le temps d’y penser davantage que déjà, les araignées déboulent de tous les côtés. L’un de tes sorts touche la première et l’envoi à plusieurs mètres. Cela dit, le sortilège que tu utilises - le seul que tu connais de bien spécifique à ces créatures - ne sert qu’à repousser les araignées, tandis qu’en face, De Cambourg lui, semble avoir opté pour la solution la plus radicale. Le pire, c’est qu’en plus, il semble prendre énormément de plaisir à découper ces araignées en morceau. Tranquille un instant, le gros des araignées ayant pris l’homme pour cible, tu prends le temps d’observer sa technique, ses mouvements, mais aussi et surtout, le sortilège bizarre qu’il utilise. Tu entends vaguement la formule utilisée, mais le résultat est là … la ligne d’araignées qui se dressaient devant lui est tout bonnement décimée. Coupée. Transpercée, comme si une arme puissante venait de passer au travers sans difficulté aucune. Tu n’as jamais vu ce genre de sortilège … et d’ailleurs, tu n’as pas le temps d’en voir davantage puisque déjà, voilà que certaines araignées semblent avoir décidé de revenir vers toi. Tu relances encore une fois le même sort, qui en touche deux afin de les éloigner de toi.

Le crac sonore d’un nouveau transplanage te surprends et ta baguette vient immédiatement pointer l’homme qui apparaît devant toi. Tu soupires lourdement. “Trois pour moi, et vous ?” Et voilà qu’en plus, il lançait une espèce de compétition. Oui, ça semblait beaucoup l'amuser, il n’y avait pas à dire. Du regard, tu avises les deux araignées que tu as envoyer dans les airs. L’une est assommée, l’autre revient déjà à la charge. Autrement dit, ce n’est pas une grosse réussite. “Soyez un peu plus créative ! Vous ne vous en sortirez pas avec ce seul sort. D’autres arrivent. Ahah ouais, venez ! VENEZ !” … Ok. Il était dingue. Genre. Vraiment dingue. Qu’est-ce qui t’avais pris à toi aussi, hein de le suivre jusqu’ici ? Et voilà qu’il repart dans la mêlée au milieu des araignées, comme un enfant au milieu d’un jeu de balles. Être plus créative qu’il avait dit ? Il en avait de bonne, aussi. Cela dit, tu décides rapidement de laisser de côté ton sortilège inutile. Et lorsque d’autres araignées t’approchent, tu changes de stratégie immédiatement. “▬ Stupéfix !” Bon, tu ne tues toujours pas. D’ailleurs, tu n’es pas certaine de connaître un sortilège capable de tuer, mais au moins, celle-ci ne bouge plus, plongée dans une espèce de profond coma. Tu en remarques vite une autre, qui arrive pile devant toi, tu la pointes de ta baguette rapidement. “▬ Petrificus Totalus !” L’araignée se fige, comme une statue de pierre, et sans vraiment savoir quel besoin tu as de le faire, tu enchaîne sur la même créature avec “▬ Reducto.” La bête se transforme alors instantanément en un tas de poussière. Tu viens de la tuer. Tu fixes toujours le sol, là où se trouvait l’araignée, sans même remarquer qu’une autre tente de te prendre à revers. En réalité, tu ne la remarque que lorsque bondit sur toi, tu peux voir ses mandibules s’agiter à quelques centimètres à peine de toi, avant qu’elle ne soit finalement coupée en deux à son tour. Et puis, à bout, tu te recules laissant ton dos s’appuyer contre un arbre. “Concentrez vous !” Tu souffles. “Respirez et calmez-vous. Ne voyez en elles que des ennemis, pas des araignées. Ne vous laissez pas avoir par la peur et la répulsion qu’elles inspirent.” Tu soupires. Tu estimes maintenant avoir assez jouer de la baguette pour ce soir … Du coup, alors que la dernière araignées approche, tu y mets le feu en lançant un “Incendio”. Elle s’éloigne aussitôt, incendiant aux passage quelques branches. Tu espères ainsi qu’elle dissuadera ses congénères d’approcher. “▬ On peut rentrer, maintenant ?” D’ailleurs, tu baisses ta baguette, prenant une direction totalement au hasard. “▬ Vous aurez tout le loisir de me punir pour au moins deux mois.”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Jeu 22 Fév - 17:30
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Ephraem transplane dans tous les sens, principalement pour intercepter les araignées arrivant en renfort. Il laisse alors libre cours à son envie de tuerie, et lance son sort à tout va. Un sentiment de satisfaction arrive néanmoins à le gagner alors qu’il entend Ellie enfin changer de stratégie pour quelque chose de plus direct et utile. De toute façon, il sait très bien qu’il faut parfois un petit coup de fouet pour réussir à se lancer vraiment et faire face au danger. C’est d’ailleurs ce qu’il reproche à l’enseignement de Poudlard en général, les élèves ne sont pas assez mis en situation réelles et la plupart se font avoir bêtement ensuite.

Pas pour rien que les Mangemorts ont fait un tel carnage dans le monde des sorciers.

Refusant de se laisser happer par des souvenirs qu’il préfère de loin oublier, Ephraem reprend le combat. Le massacre continue quelques minutes alors qu’il transperce encore plusieurs araignées. Il transplane ensuite près de son élève qui vient de mettre feu à une des créatures. Il éteint l’araignée d’un sort, préférant éviter un incendie, et l’achève dans la foulée. Il se retourne alors vers sa protégée. Elle semble épuisée, espérant repartir rapidement de là. Au point qu’elle ne semble même pas avoir peur de sa punition, l’acceptant sans broncher.

Trop facile ma chère Ellie, tu ne vas pas t’en tirer aussi facilement. Voyons, comment la punir ?

Le professeur reste quelques secondes immobile à l’observer, cherchant une idée. Au moins, se dit-il, la pulsion est presque entièrement partie après cette bataille. Mais ce n’est pas suffisant, il ne s’est pas assez ressourcé et devra y retourner sous peu pour se calmer de nouveau. Non, il n’a pas envie de repartir tout de suite au château. Mais il a Ellie dans les pâtes, il n’a pas tellement le choix. Sauf si … Ephraem se rapproche d’elle en souriant, pas un sourire effrayant cette fois-ci, mais plutôt malicieux.

J’ai la solution parfaite ! Tu vas adorer je le sens.

Ellie … si je comprends bien, vous désirez plus que tout rentrer au château actuellement.

Est-ce qu’elle va comprendre où je veux en venir avant que je ne lui dise ?

Autrement dit, si je vous raccompagne là-bas, je vous fais une faveur. Alors que je dois justement vous punir.

Ah ! j’ai l’impression qu’elle semble comprendre ce que j’ai en tête, vu son expression.

Donc, non. Nous n'allons pas retourner à Poudlard tout de suite. Vous allez m’accompagner dans la forêt jusqu’à ce que je décide du contraire. Quitte à ce que vous y passiez une nuit blanche. Voilà la punition.

Et j’avoue être plutôt fier de l’avoir trouvée, cette punition.

Ephraem laisse l’information se répercuter chez Ellie, savourant son expression alors qu’elle n’a désormais plus le choix. Néanmoins, il n’est pas du genre à distribuer de telles punitions gratuitement. Il va en profiter pour voir ce dont elle est vraiment capable. La mettre à l’épreuve de manière plus poussée, et la faire progresser par la même occasion. Qui sait, d’ici quelques années elle lui sera reconnaissante de cette punition si ça se trouve.

On va commencer par traquer ces araignées et détruire leur nid et les œufs. Ça limitera un peu leur nombre. Ensuite j’ai déjà quelques idées pour continuer la nuit.

Je dois juste faire attention à ne pas faire de choses vraiment interdites. Jusque-là, tout est justifiable. Peut-être pas les trolls mais elle n’a rien vu, elle ne sait pas qui a provoqué qui. Elle pensera que j’avais des raisons valables de les traquer aussi.

Je vais observer vos talents de traque. Vous avez tout ce qu’il vous faut ici même pour remonter la piste. Je ne vous dirai rien, quitte à passer la nuit à tourner en rond.

Bon, en vrai j’irai transplaner un coup ou deux pour faire le travail en la laissant tourner en rond avant de la rejoindre. Après ça, pas sûr qu’elle veuille rester dans la groupe de recherche sur la malédiction remarque. Tant pis on verra bien.

Sans rien lui dire de plus, ni donner le moindre indice, Ephraem croise les bras et l’observe attentivement. Il sort aussi d’une de ses poches une pomme qu’il commence à croquer. Le professeur espère grandement qu’Ellie saura se montrer à la hauteur de ce qu’il semble déceler chez elle.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Ven 23 Fév - 21:16
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

Tu ne remarques même pas le geste de ton professeur pour éteindre l’araignée enflammée. En fait, tu tournes déjà le dos à ce pseudo champ de bataille, bien décidée à rentrer au château pour prendre un peu de repos. Mérité, ou pas. Tu as eu une longue, très longue journée. Une journée sans cours, mais que tu avais passée le nez dans les bouquins, et il n’y avait rien de plus fatiguant que ça, pour toi. Sans compter le morceau de soirée que tu venais de passer à trucider des araignées, dans la forêt interdite, parce que tu avais l’idée de génie de suivre ton prof complètement timbré. Tu lâches un lourd, très lourd soupire. Impatiente que De Cambourg te rejoigne enfin pour rentrer mais à la place, sa voix t'interpelles. “Ellie … Si je comprends bien, vous désirez plus que tout rentrer au château actuellement.” Oui ! C’est ça, il avait deviné. Bravo. Quinze points pour … pour lui. Peu importe. Tu voulais rentrer. Juste, rentrer. Et le plus vite possible. En plus, tu avais l’impression d’être couverte d’araignées maintenant. Tu voulais une douche. Tu lances un regard, presque suppliant à l’homme qui s’est approché de toi. Il te sourit...mais il te sourit bizarrement, cette fois. “Autrement dit, si je vous raccompagne là-bas, je vous fais une faveur. Alors que je dois justement vous punir.” … Oh, non. Maintenant, tu voyais où il venait en venir. Il avait sans doute choisi la pire des punitions qui soit, actuellement, pour toi. Tu ouvres la bouche, pour protester, mais rien ne sort. Rien, du tout. “Donc, non. Nous n’allons pas retourner à Poudlard tout de suite.” Cette fois, tu soupires. Et tant pis si c’est parfaitement impoli de ta part. “Vous allez m’accompagner dans la forêt jusqu’à ce que je décide du contraire. Quitte à ce que vous y passiez une nuit blanche. Voilà la punition.” C’est … Bien ce que tu pensais. Plantée, là, au milieu de la forêt, dans le noir, tu ne sais même pas comment réagir à ça. Tu hésites entre partir en courant, pleurer, ou te mettre à hurler et lui faire un scandale en lui balançant ta baguette à la figure. Avec un peu de chance, il la prendrait dans l’oeil, tiens. Mais forcément, tu évites. En fait, tu évites les trois solutions. Trop dangereuses, trop bruyantes, trop humiliantes, aussi. “▬ Non, mais c’est pas juste !” Clairement, non. Ça ne l’était pas. Mais devant la décision d’un professeur, tu n’y pouvais rien. Et puis surtout, tu n’avais pas envie qu’il finisse par te laisser là, toute seule.

“On va commencer par traquer ces araignées et détruire leurs nids et les oeufs.” Il ne manquait plus que ça, tiens. Encore des araignées. “Ça limitera un peu leur nombre. Ensuite j’ai déjà quelques idées pour continuer la nuit.” Ah, parce qu’en plus, le truc des araignées, c’était pas suffisant pour lui. A ce rythme, il n’allait même pas te laisser rejoindre ton lit. “Je vais observer vos talents de traque. Vous avez tout ce qu’il faut ici même pour remonter la piste. Je ne vous dirais rien, quitte à passer la nuit à tourner en rond.” … Ouais, donc, tu n’allais pas dormir de ta nuit, en fait. Du moins, tu n’en avais pas l’impression. “▬ Hé, attendez une minute. Je sais pas pour vous mais moi j’ai besoin de sommeil !” C’était simple, quand tu ne dormais pas assez tu te transformais en zombie et au bout d’un moment, tu t’écroulais et tu dormais, peu importe l’endroit. “▬ Si je m’endors en marchant, va falloir me porter jusqu’à mon lit, je vous préviens.” Et en plus, tu allais y mettre toute la mauvaise volonté du monde. C’était clairement pas le bon moment pour te tester. Mais tant pis … S’il insistait … Tu soupires encore une fois, avant de finalement revenir sur tes pas et de regarder aux alentours. Tes talents de traque. Il en avait de bonnes, tiens. Pour qui il te prenait, d’abord ? Indiana Jones ? T’étais pas une aventurière toi. Et puis en plus, comment est-ce qu’il voulait que tu trouves leur fichu nid à ces trucs dégueulasses. Elles étaient toutes mortes. Si encore l’araignée enflammée était toujours en vue … mais même pas. Elle avait détaler, tu pouvais encore voir quelques traces au sol de son passage ainsi que sur quelques arbres mais à un moment … plus rien. Mais pas de cadavre. Peut-être est-ce qu’elle était toujours en vie … Tu t’avances alors encore un peu, suivant les traces de brûlure, jusqu’à ce qu’il n’y en ai plus, passant d’ailleurs devant ton professeur en faisant mine de l’ignorer royalement. Tu prends alors le temps d’observer un peu plus attentivement ce qui t’entoure, remarquant ce qui a l’air d’être des traces de sang d’une couleur étrange sur un arbre, puis sur quelques feuilles. Visiblement, un truc blessé est passé par là. Une araignée ? Aucune idée. Mais tu n’avais que ça comme piste, alors autant la suivre pour espérer en finir. “▬ On est vraiment obligés d’aller jusque dans leur nid, hein ?” Tu connais déjà la réponse, en réalité. Il n’avait pas l’air d’être du genre à lâcher l’affaire aussi facilement. “▬ En plus, j’ai froid.” Bah oui, forcément. Tu n’avais qu’un jean et un haut léger, et les nuits commençaient à être plutôt fraîches. On était en Angleterre après tout, pas dans les tropiques. Tu continues cela dit d’avancer, tout en suivant ce que tu penses être des traces … qui vivra verra comme disait ta mère, hein. “▬ Pis il fait noir. J’y vois presque rien.” Bon, tu avais ta baguette, mais visiblement, tu étais décidée à te plaindre. “▬ Pis je vous signale que mon premier cours de la journée, demain, c’est le vôtre.”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Dim 25 Fév - 21:08
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Il a beau tenter de ne pas le montrer, Ephraem se délecte du semblant de panique et de désespoir dont fait preuve Ellie en apprenant la teneur de sa punition. Cela le conforte dans l'idée d'avoir très bien choisit le châtiment, et en plus il va pouvoir finir de passer ses nerfs sur quelque chose. Sans compter qu'il y a peu de chances qu'elle aille raconter tout ça par la suite à beaucoup de monde, si ce n'est personne. Elle risquerait une deuxième punition en plus de perte de points si McGonagal en a vent. Donc si ça peut lui éviter d'avoir à expliquer sa présence dans les bois à la directrice, il prend. Ephraem doit cependant se retenir de rire devant la répartie de son élève.

Rien n'est jamais juste ma pauvre Ellie, si ce n'est aujourd'hui, tu l'apprendras forcément plus tard.

Après avoir expliqué plus en détail la teneur que va réellement prendre la punition, Ephraem la laisse donc se débrouiller. Il la regarde du coin de l’œil commencer à chercher des indices tout en s’apitoyant sur son sort. Ce cacophonement semble toutefois rapidement commencer à lui taper sur les nerfs. Il allait rapidement devoir lui rabattre un peu le caquet avant que le bénéfice de cette nuit ne s'envole. Rien de bien compliqué, après tout il reste son professeur.

Parce que vous pensez qu'un Auror choisit ses horaires ? Qu'il cesse de suivre une piste chaude sous prétexte qu'il a un peu sommeil ? Non, il va jusqu'au bout des choses, et en paie le prix nécessaire. Si vous n'êtes pas capable de vous priver une soirée de sommeil pour un travail inattendu, vous ne deviendrez jamais Auror.

Des paroles dures, mais qui, espère t-il, auront une portée suffisante envers Ellie pour l'empêcher de râler à tout bout de champ. Surtout, il veut qu'elle se concentre au lieu de regarder au hasard autour d'elle. Ephraem décide tout de même de l'aider un tout petit peu en se plaçant juste devant une zone où les toiles d'araignées se font plus denses, et d'où quelques traces de sang d'une créature en fuite partent. Ellie étant trop occupée à s'énerver pour un rien, il est surpris qu'elle n'ait pas remarqué ces détails, certes peu visibles si l'on ne prend pas garde.

Et oui, nous sommes obligés d'aller dans leur nid, c'est non négociable. Pour le froid, faites marcher votre tête, vous n'êtes pas une moldue aux dernières nouvelle.

Ephraem soupire lourdement, il attendait bien plus d'elle. Mais il reste décidé à lui laisser encore sa chance. Le temps qu'elle cesse de se plaindre et commence vraiment la traque. Le professeur espère aussi qu'elle ne va pas réveiller ses pulsions meurtrières, qui ne sont pas loin de ressurgir. Il allait devoir faire un vrai carnage pour réussir à calmer ces pulsions. Ephraem s'adosse contre un arbre, toujours proche des indices à destination d'Ellie, et pose sur elle un regard lourd de reproche et de déception.

Je vais peut être devoir reconsidérer mes propositions d'études de la malédiction et des cours supplémentaires si elle continue comme ça.

Maintenant cessez de geindre Miss Watchburry, et utiliser votre baguette. Votre cerveau à plus intéressant à faire que râler. J'ai presque du mal à voir votre mère en vous en vous entendant ainsi.

Hum … Je suis allé un peu trop loin cette fois, tant pis. Je suis pas là pour me faire des amis de toute façon, certainement pas parmi les élèves.

Si vous vous débrouillez bien ce soir, vous pourrez dormir pendant mon cours sans problème. Allez maintenant, trouvez moi cette piste qu'on avance !

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Dim 25 Fév - 21:58
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

“Parce que vous pensez qu’un Auror choisit ses horaires ?” … Et voilà, c’était sans nul doute parti pour une belle leçon de moral, doublée d’une leçon de vie en plus. Comme si tu n’en avais pas eu assez de la part de ta mère. “Qu’il cesse de suivre une piste chaude sous prétexte qu’il a un peu sommeil ? Non, il va jusqu’au bout des choses, et en paie le prix nécessaire.” Bla, bla, bla. Bon sang ça y est, il t’agaçais maintenant. Non seulement il te faisais parcourir cette affreuse forêt, dans le froid, mais en plus il se mettait à te sermonner comme une vieille retraitée au mauvais caractère. Du coup, geste tout à fait puéril, alors que tu lui tournes le dos, tu grimaces tout en faisant mine de l’imiter en train de parler, n’écoutant même plus ce qu’il te raconte. Manquerait plus que tu t’endormes sur place à cause de son discours là. Oh oui, tu l’entends parfaitement te dire que tu ne deviendras sans doute jamais Auror, mais ça aussi tu l’ignores, pour la simple et bonne raison que là maintenant, tu fais largement exprès d’être insupportable et dissipée. Tu sais de quoi tu es capable, hors de question de laisser un prof à deux balles te dire le contraire. Non mais.

Ton regard continue de se balader, à droite, à gauche, un peu partout en fait … Clairement, tu n’y pas de bonne volonté, et ça se voit. “Et oui nous sommes obligés d’aller dans leur nid, c’est non négociable.” Cette fois, tu soupires un grand coup. Il n’avait pas envie de lâcher l’affaire, hein. Parfait, toi non plus. Tu allais continuer de te plaindre et d’être insupportable. “Pour le froid, faites marcher votre tête, vous n’êtes pas une moldue aux dernières nouvelles.” Oui, et alors ? Il s’attendait à quoi sérieux ? A ce qui tu fiches le feu à arbre pour te réchauffer ? Non mais … Du coup, tu soupires une nouvelle fois. Encore plus fort, pour bien lui faire comprendre que ses remarques, elles commencent à te courir sur le haricot. Cela dit, tu tentes au moins de chercher … de fouiner. Un peu. Encore une fois, tu ne fais pas tellement d’efforts mais il te semble tout de même tenir un semblant de piste acceptable. Du coup, tu continues d’avancer en fixant le sol des yeux. Tu remarques quelques toiles, par ci, par là, il n’y en a pas beaucoup, mais il y en a tout de même ce qui te fais dire que tu approches sans doute d’un nid. Cela dit, tu continues évidemment de te plaindre sur à peu près tout, et n’importe quoi ce qui visiblement finit par agacer ton professeur. “Maintenant cessez de geindre Miss Watchburry, et utilisez votre baguette. Votre cerveau à plus intéressant à faire que râler.” Qu’est-ce qu’il en savait d’abord, hein ? Comme si chasser les araignées, c’était intéressant en plus. Non mais sérieux. “J’ai presque du mal à voir votre mère en vous en vous entendant ainsi.” Qu’est-ce qu’il avait dit là ? Voilà qu’il se mettait à parler de ta mère. Il avait décider de te mettre sur les nerfs, ou de te pousser à bout. Ou les deux. “▬ Qui vous dit qu’on se ressemblaient, elle et moi ?” En vérité, c’était le cas. Des deux filles d’Eliane, tu étais celle qui tenait d’elle le plus. Wilma elle… c’était ton père tout craché. Un modèle de gentillesse, de courage et de tolérance. Toujours là pour les autres. Toi, tu étais pratiquement à l’opposé de tout ça. Ambitieuse. Réfléchie. Un caractère bien trempé. Tu étais bien loin de la jeune fille fragile, en somme. Et mine de rien, tu étais plutôt fière de tout ça. Même encore aujourd’hui. Il ajoute autre chose, mais pour être honnête, maintenant, tu n’écoutes vraiment plus. Ta main a glissé vers ta baguette et ses paroles tournent encore et encore dans ton esprit. “▬ Et puis d’abord, de quel droit est-ce que vous parlez de ma mère, hein ?” C’est vrai ça. De quel droit. C’est pas parce qu’il était un ancien Mangemort, comme ta mère, que ça lui donnait le droit d’aborder un sujet comme celui-là, en particulier avec toi. Subitement, tu quittes ta piste des yeux et ton regard froid se repose sur De Cambourg. Il voulait avancer … Il avait qu’à avancer tout seul. Ta baguette à la main, tu t’avances vers lui, en pointant l’objet sur lui. Une fois à sa hauteur, le bout de ta baguette est à quelques centimètres à peine de son torse. “▬ Ne parlez plus jamais de ma mère.” Ta voix tremble. En réalité, tu es partagée entre ta colère, et le respect que tu es censée avoir envers ton professeur … respect que tu balayes littéralement en pointant cette baguette menaçante sur lui. “▬ Sinon, je pourrais bien vous prouvez d’une toute autre manière que je lui ressemble plus que vous ne le pensez.” Tu avances un peu ta baguette, jusqu’à toucher son torse et appuyer dessus légèrement. Tu n’aimais vraiment pas être dans cet état … Ça te démangeais de te laisser aller à ta colère du moment, pour lui prouver qu’il ne fallait pas trop te chercher des poux dans la tête. Il y avait certains sortilèges que tu gardais dans ta manche. Des sortilèges que tu n’avais aucun droit de lancer, mais que tu avais pris le temps d’apprendre par curiosité. Et parce que tu t’étais dîtes que ta mère avait dû largement les utiliser… Cela dit, tu recules d’un pas, abaissant finalement ta baguette pour retourner à ta piste. “▬ Le nid doit se trouver à moins d’un kilomètre, dans cette direction.” Là dessus, tu pointes ta baguette vers l’est, là où les toiles sont de plus en plus denses. “▬ Satisfait ?”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Lun 26 Fév - 17:11
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
L’ancien Mangemort roule des yeux en voyant qu’Ellie ne semble pas beaucoup mieux disposée à arrêter de râler. Bien qu’elle ne réplique pas immédiatement, il voit très bien qu’elle fait du boudin. Il peut presque entendre ses pensées en ce moment, ou encore les tout petits murmures sortant de sa bouche. Cette fois-ci, il doit lutter férocement pour ne pas craquer et lui envoyer un kedavra pour en finir. C’est elle qui l’a suivi, lui n’a rien demandé.

Alors qu’elle assume un peu ! Elle a fait une connerie, elle en subit les conséquences, quoi que ce soit. Point à la ligne.

Finalement, il ne regrette pas ses mots impliquant la mère de son élève, qui la pique à vif semble-t-il. Il tient donc là le point sensible sur lequel appuyer si besoin. Cette information est rapidement rangée dans un coin de sa tête, prête à intervenir quand le besoin s’en fera sentir. Il la voit commencer à s’énerver petit à petit, alors qu’elle craque complètement. Ephraem résiste aussi à l’impulsion de sortir sa propre arme alors qu’Ellie sort sa baguette magique. Ce n’est pas si difficile en réalité, il est curieux de voir jusqu’où elle semble capable d’aller.

Que vas-tu faire Ellie ? M’attaquer ? Prendras-tu ce risque ou non ?

Un sourire se dessine alors qu’elle s’approche de lui avec son regard froid, et sa colère bien apparente. Loin d’être effrayé, Eprhaem la laisse venir jusqu’à lui, avec un rictus amusé sur le coin des lèvres. Il la dévisage droit dans les yeux, alors qu’elle le menace clairement en posant sa baguette contre son torse. L’ancien Mangemort savoure le moment, où Ellie se sent certainement puissante dans cette situation, alors qu’il n’aurait aucun mal à la tuer.

Complètement idiote … Je pourrais lui briser la nuque avant qu’elle ne puisse dire un mot ou bouger la main …

Il est cependant peu probable qu’elle soit au courant de ses capacités physiques. Ephraem s’est effectivement entrainé auprès de nombreux combattants à main nues, souvent des moldus d’ailleurs. L’art moldu est si souvent méprisé ou délaissé que rares sont ceux à y voir les utilités possibles. Dans ce cas précis, Ephraem est capable de briser le bras d’Ellie, avant de la tuer, sans user de magie. Perdu dans ses pensées, il entend à peine ce que lui dis la jeune femme. Il s’en fiche pas mal en réalité. Il note juste qu’elle s’est éloignée et a trouvé la piste des araignées.

Bien, on va pouvoir avancer, mais pas sans lui faire comprendre son erreur.

Personne ne m’a donné le droit de parler de votre mère, mais j’en ai rien à cirer. Et c’est elle-même qui a parlé de vos ressemblances.

Bien maintenant, passons à une petite démonstration, ça me fera du bien.

Ensuite, je vais vous donner un conseil. Pas une leçon, un conseil, à vous de voir ce que vous en ferez. Mais pour faire simple, ne vous approchez jamais au contact d’un adversaire comme vous venez de le faire. Voyez pourquoi.

Ephraem, baguette toujours à la ceinture, s’élance d’un seul coup droit vers elle. Encore une fois, il maitrise son bras, qu’il tord violemment, la forçant à lâcher sa baguette. Il attrape l’objet de son autre main, puis d’un coup de genou, fait tomber son élève au sol, souffle coupé. Pour terminer la démonstration, le professeur se glisse dans son dos et termine sa prise, immobilisant complètement Ellie dans une prise qui pourrait lui permettre de lui briser la nuque en une torsion.

Vous voyez où je veux en venir ? Si nous avions étés ennemis, je vous aurais tué au moment avant même que vous ayez pu lancer votre sort. Les compétences de combat non magiques sont trop souvent oubliées et non pratiquées, mais elles confèrent un sacré avantage.

Et bah faut avouer que ça fait du bien ! Elle va sûrement me détester encore plus mais tant pis.

Bien maintenant suivons cette piste. Ne restez pas courbée en deux, remettez-vous droite et respirer lentement par grandes inspirations et expirations. J’y suis allé doucement ça passera vite.

Son geste d’agression s’avère être particulièrement répréhensible par la direction de Poudlard, mais encore une fois, il doute que son élève n’aille dire quoique ce soit. Car il ne manquerait pas alors de signifier qu’elle l’avait suivi jusque dans la forêt interdite et l’avait menacé avec sa baguette. En gros, s’il tombait, elle tombait avec lui. Sauf qu’Ellie avait bien plus à perdre que lui dans l’affaire. Le professeur tourne ensuite le dos à sa protégée pour prendre la direction qu’elle a indiqué plus tôt.

Bon, si on arrêtait désormais de nous prendre la tête pour un rien. Histoire de finir ça rapidement. Oh, votre baguette au fait tenez !

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Lun 26 Fév - 18:14
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

On se calme, Ellie. On se calme. C’était loin de te ressembler, tout ça. Tu étais normalement parfaitement capable de contrôler ton mauvais caractère, et même si tu avais d’ordinaire la langue bien pendue, tu avais aussi appris à la tenir, surtout face à un professeur. Combien de fois avais-tu été agacée par la façon de Rogue ? Sans parler de cette abruti de Lockart en troisième année ? Oh oui, ça t’avais démanger un bon moment de lui balancer à la figure qu’il n’était qu’un espèce de crétin incapable de lancer un sortilège correctement … Sauf que tu ne l’avais jamais fait. Jamais tu n’avais manquer de respect à un professeur de Poudlard. Jamais d’ailleurs tu n’avais eu de soucis de comportement. Jamais, sauf cette année. Et le pire, c’est que tu étais en train de te dire que s’il continuait comme ça avec lui, c’était loin d’être fini. Tu inspires. Tu expires. Et tu répètes ça plusieurs fois pour calmer les battements frénétique de ton coeur qui tambourine fort dans ta poitrine. Quelle soirée pourrie. Et forcément, tu ne pouvais t’en prendre qu’à toi-même, tu le savais. Mais fière comme tu étais, il te fallait quand même trouver un autre coupable, et lui … Cet espèce de Mangemort mal reconverti, et bien il avait des allures de cible parfaite.

Tu lui tournes le dos, maintenant. En fait, honteuse, tu n’oses même plus lui adresser un regard. Au vu du bonhomme, tu te dis qu’il doit être en train de bouillir de colère, et franchement, tu n’as aucune envie de recroiser son regard aussi sombre que le fin fond de ton dressing maintenant. Du coup, tu te contentes de marcher dans la direction que tu viens de lui indiquer. Cela dit, tu ne fais quelques pas … trois, pour être exacte avant que sa voix ne résonne de nouveau derrière ton dos. “Personne ne m’a donner le droit de parler de votre mère, mais j’en ai rien à cirer.” Tu sers les poings. En fait, tu sers si fort que tu peux presque sentir tes ongles longs rentrer dans ta peau. “Et c’est elle-même qui a parler de vos ressemblances.” Mouais. De toute façon, tu t’en fiches. Tu n’as pas envie de continuer sur le sujet de ta mère, simplement parce que visiblement, c’est encore un sujet bien trop sensible. “Ensuite, je vais vous donner un conseil. Pas une leçon, un conseil, à vous de voir ce que vous en ferez.” Tu avances encore. Trois pas de plus, tout en tendant l’oreille histoire de l’écouter. “Mais pour faire simple, ne vous approchez jamais au contact d’un adversaire comme vous venez de le faire. Voyez pourquoi.” Evidemment, c’est un chose que tu savais. Si tu avais pris la peine de t’approcher, c’était simplement qu’en premier lieu, tu n’avais pas réellement l’intention d’attaquer, et qu’en plus, son statut de professeur t'empêchais d’avoir véritablement peur. Pour couronner le tout, tu n’avais pas réellement réfléchi, et tu avais agis sous le coup de la colère. Cela dit, pas vraiment le temps d’y penser, ou même de t’en défendre puisque voilà que subitement, il te saute littéralement dessus. Tu as à peine le temps de réagir, que déjà ton bras est immobilisé, puis tordu dans une drôle de position. Un plainte s’échappe de tes lèvres tandis que la douleur te saisis. Tu lâches ta baguette, qui est aussitôt récupérée par l’homme qui non content de t’avoir pratiquement casser un bras t’envoi un bon coup de genoux te coupant le souffle. Tes jambes cèdent. Tu tombes à genoux, le souffle court mais il ne semble pas avoir terminé de te prouver que tu n’aurais pas du t’attaquer à lui, ou même simplement le menacer. Non, tu le sens passer dans ton dos et te saisir, t’obligeant à te relever malgré la douleur. Il pourrait te tuer, comme ça, et tu le sais. “Vous voyez où je veux en venir ?” Tu vois, oui. Tu vois parfaitement. “Si nous avions été ennemis, je vous aurais tuée au moment avant même que vous n’ayez pu lancer votre sort. Les compétences de combat non magiques sont trop souvent oubliées  et non pratiquées, mais elles confèrent un sacré avantage.” Il finit par enfin te relâcher, te laissant pratiquement pliée en deux, les yeux remplis de larmes. Maintenant, tu le détestais vraiment. “Bien maintenant suivons cette piste.” Et en plus, il agissait comme si rien n’était. “Ne restez pas courbée en deux, remettez-vous droite et respirez par de grandes inspirations et expirations. J’y suis allé doucement ça passera vite.” DOUCEMENT ?! Il appelait ça doucement ? Sérieusement, tu avais l’impression d’être passée sous un camion benne, maintenant. Et il était allé doucement ? Tu grognes en te redressant, faisant craquer quelques vertèbres et tâchant de reprendre ton souffle. Lorsque ton regard se repose sur lui, il te tourne de dos, avançant dans la direction indiquée. “Bon, si on arrêtait désormais de nous prendre la tête pour un rien. Histoire de finir ça rapidement. Oh, votre baguette au fait, tenez !” Tu soupires, avant d’avancer lentement dans sa direction pour reprendre ton bien. Et puis tu le dépasses, pour continuer dans la direction où tu penses trouver ton nid d’araignées. Rageusement, tu essuies avec ta manche les larmes qui se sont échappées et ont roulé le long de tes joues. Hors de question de pleurer pour de bon, tu ne lui ferais certainement pas ce plaisir. Du coup, tu te contentes de marcher, silencieuse maintenant. Plus un mot ne sort de ta bouche tandis que tu approches visiblement de ce que tu cherches, aux vues du nombre de toile présent. D’ailleurs, bien vite, une première araignée fait son apparition. Elle arrive face à toi, et tu restes parfaitement de marbre un moment, tandis qu’elle te fonce dessus. Ce n’est qu’au dernier moment que tu sors ta baguette … “▬ Stupéfix !”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mar 27 Fév - 17:12
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Se faisant dépasser par son élève, Ephraem lui emboite le pas tranquillement sans dire un mot. La petite démonstration qu’il a eue envers Ellie semble lui avoir cloué le bec, et c’est donc sans un seul mot, et surtout pas une plainte, qu’ils arrivent en vue de leur objectif. Eph en a profité pour reprendre le contrôle au maximum de lui-même. Le silence revenu l’aide grandement dans cette tâche, il regrette seulement d’en être arrivé à cet extrême avec la jeune femme. Il sait qu’il a suréagit, mais c’était typique des moments où il ne se contrôle plus très bien. Elle a eu de la chance qu’il réussisse à se contrôler un minimum.

Il n’y a pas si longtemps, je n’aurai pas pu résister, j’espère que cela annonce une progression. Si je pouvais me débarrasser de cette colère …

Il est sorti de ses pensées alors qu’Ellie lance un premier sort d’attaque. Leur objectif n’est plus très loin pour qu’ils soient attaqués avec cette violence. Ephraem note d’autres créatures les contournant, comme quoi elles savent se montrer intelligentes. Mais il n’intervient pas immédiatement, laissant son élève faire le plus gros du travail, voir comment elle est capable de se débrouiller en solo. Lorsqu’elle manque de se faire déborder sur son flanc gauche, le professeur intervient.

CLIPESTAM !

L’araignée est transpercée par le sort qui vient même percuter une seconde créature, pas assez fort pour la tuer, mais arrachant néanmoins plusieurs pattes. Voyant un autre assaillant s’approcher dangereusement de sa protégée, il bondit vers Ellie et se colle à son dos avant de dresser le bouclier de son sort pour repousser la créature. L’instant suivant, il la transperce de son sortilège toujours actif. Ephraem ne remarque qu’au dernier moment l’araignée bondissant des arbres au-dessus d’eux. Mais Ellie ne l’a pas remarqué, du moins n’en est-il pas sûr, et il lui faut réagir rapidement. Il se jette sur elle pour la plaquer au sol alors que les mandibules viennent claquer près d’eux, trop près et Ephraem sent une douleur sur son côté gauche.

Elle m’a …blessé ? Saloperie de merde, tu vas souffrir !

 Dans un cri de rage, il se relève d’un bond tout en plaçant un coup de pied dans la créature. Il avise alors les quelques araignées survivantes, et il décide alors de laisser libre court à sa colère. Il croise le regard d’Ellie, qui y voit certainement le même masque de haine qu’avant, mais en pire. Comme si une aura malveillante l’entourait tout à coup, presque étouffante. Ephraem se redresse de toute sa hauteur avant de terminer le combat une bonne fois pour toute.

Première cible.

Avada Kedavra

Morte … suivante.

Sectusempra

Encore deux.

Avada Kedavra

Toi maintenant, qui a encore mon sang sur toi, tu vas souffrir.

ENDOLORIS !

Les cris de la dernière araignée résonnent longuement alors que de longues secondes de torture s’écoulent. Ephraem sourit en voyant la créature se tordre de douleur et hurler à la mort. La partie rationnelle et calme en lui doit faire un effort considérable pour reprendre de nouveau le contrôle et achever sa victime d’un clipestam, avant d’achever celle agonisant dans une mare de sang et toutes les autres neutralisées par Ellie. Il porte sa main vers ses yeux, et frotte longuement pour s’aider à retrouver toute sa tête.

Ellie ? Vous allez bien ? Prête à continuer ?

Car oui, ce n’est pas cet incident qui va le faire reculer maintenant. Pas même cette blessure ensanglantée, dont le sang s’écoule et vient tâcher sa tenue jusqu’à son pied. Sa fierté l’empêche néanmoins de demander à Ellie si elle connait un sort de soin, car c’est loin d’être son cas. Il a appris à gagner, quitte à tuer, rien d’autre. Mais il a suffisamment l’habitude des blessures pour ne pas s’en montrer trop gêné. Il décide finalement de cautériser la plaie. D’un sort, il enflamme une branche qu’il vient ensuite appliquer sur la blessure dans un grognement. La douleur termine de lui faire reprendre ses esprits pour cette fois, et il peut enfin regarder Ellie sans cette lueur de fou furieux dans les yeux, même sa voix se fait plus douce.

Ne vous inquiétez pas, j’ai malheureusement l’habitude. Et … je m’excuse, pour tout à l’heure, j’ai ... des sautes d’humeur …  que … hum … je peine à contenir. Enfin, je pense que vous l’aviez remarqué, c’est pas comme si j’arrivais à le cacher.

Et tant pis si elle fait le lien entre mes excursions ici et mon humeur.


MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mar 27 Fév - 20:35
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

La première araignée stupéfixiée, en voilà une autre qui déboule. Puis une autre. Et finalement, c’est un flot presque interminable d’arachnides qui se met à fondre sur toi. Les sorts fusent de tous les côtés, tu recules, peu à peu, rapidement débordée par les créatures. Et pourtant, tu te surprends. Tu t’es débarrassée d’un bon nombres de bestioles en un temps record, à croire qu’être énervée et en colère était bon pour toi, finalement. Cependant, au bout d’un moment, elles deviennent vraiment trop nombreuses et la voix de ton professeur résonne de nouveau dans ton dos. Un sort part, le même que tout à l’heure. Le sort que tu ne connais pas. Il se débarrasse d’une araignée et en blesse une gravement. Finalement, il s’approche pour te rejoindre et tu le sens se coller contre ton dos pour couvrir les directions qui t’échappent, de plus son sort protecteur empêche une araignée de te toucher. Tu élimines une autre araignée, ou du moins tu l’envoies loin de ta position … Et tu ne remarques pas cette araignée qui contrairement à ces semblables, à l’idée d’attaquer par en haut. Tu ne dois ton salut qu’à De Cambourg, qui se jette littéralement sur toi, te propulsant au sol pour te protéger en faisant barrière de son corps. Quelques secondes s’écoulent … et finalement, l’homme se redresse en poussant un cri affreux. Il envoi la créature qui vient de lui sauter dessus loin de lui d’un simple coup de pieds et subitement, visiblement empli d’une rage nouvelle, se met à lancer des sorts puissants à droite, à gauche, tandis que tu restes à terre, les mains sur les oreilles, assistant à la scène avec horreur. Les éclairs verts, puis rouges s'enchaînent. Et tu reconnais au moins l’un des sortilèges impardonnables, lorsqu’il passe au dessus de toi pour aller toucher une araignée de plein fouet. Finalement, après plusieurs morts d’arachnides, et un beau bain de sang, voilà qu’il pointe sa baguette sur l’araignée tombée de l’arbre … et même avec les mains sur les oreilles, tu entends parfaitement la plainte de la créature. Elle semble durer une éternité, avant que l’homme ne relâche, pour finalement achever les survivantes avec toujours autant de violence dans les gestes. Lorsque que le silence retombe, et que le calme revient, ton professeur porte sa main à ses yeux pour les frotter un instant. “Ellie ? Vous allez bien ? Prête à continuer ?” Tu ignores totalement la dernière partie de sa demande. Tu te redresses, puis te relèves avant de d’épousseter un peu ton jean et ton pull fin. Tu l’observes un instant, et lorsque son regard se repose sur toi … il semble plus calme, et c’est ce qui te pousses à l’approcher de nouveau. Assez d’ailleurs pour voir cette tache sombre qui ne cesse de grandir sur son vêtement. Tu n’as même pas le temps de dire un mot, ou même de faire un geste, qu’il enflamme aussitôt une branche épaisse pour l’appliquer ensuite sur la plaie. Tu grimaces. “Ne vous inquiétez pas, j’ai malheureusement l’habitude.” C’était quand même pas une raison pour faire n’importe quoi, si ? “Et … Je m’excuse, pour tout à l’heure, j’ai … des sautes d’humeur … que … hum … je peine à contenir. Enfin, je pense que vous l’aviez remarqué, c’est pas comme si j’arrivais à le cacher.” Non, effectivement, il n’y arrivait pas. Pas du tout, même. Tu l’avais remarqué dès vos premiers échanges, et c’est d’ailleurs ce qui t’avais conduite à la suivre. Evidemment, tu n’aurais jamais imaginé la suite toute seule.

Tu lâches un lourd, très lourd soupire. Tu décides de mettre ta colère de côté, et tu t’approches encore un peu du professeur, avisant rapidement la blessure du regard. On avait pas idée de se soigner en se faisant encore plus mal … Ta baguette toujours en main, tu approches l’autre délicatement, levant les yeux, comme pour demander une autorisation et ne voyant aucun mouvement hostile, tu termines t’approcher tes doigts du tissu abîmé pour l’écarter un peu, laissant apparaître la peau non seulement ouverte, mais aussi brûlée. Tu grimaces une nouvelle fois devant la blessure, qui honnêtement n’est pas belle à voir. Tu ne te destinais pas à devenir Médicomage, ça encore une fois, c’était plus le truc de Wilma. Cependant, par nécessité, tu connaissais au moins un sort pour blessures mineures … et tu espérais vraiment que ça suffise. Tu pointes donc ta baguette sur la blessure. “▬ Ne bougez pas … Et ne m’agressez pas, non plus. Ca va chauffer, et puis être froid ensuite. Mais ça devrait fonctionner.” Tu relèves les yeux, encore une fois, puis tu te re concentres sur la plaie. “▬ Episkey.” Un léger éclair blanc vient toucher la plaie, et tu attends un petit instant avant de finalement baisser ta baguette. Tu écartes de nouveau le tissu, effleurant la peau intacte de tes doigts froids. “▬ Y’a plus rien … C’est mieux comme ça. Pour continuer.” Tu ranges ta baguette, pour le moment, et reculant d’un pas pour remettre un peu de distance. “▬ Et c’est pas la peine de vous excuser … Je vous ai suivi, après tout. Tout en ayant effectivement remarquer vos … sautes d’humeur, comme vous les appelez.” Tu t’abstiens cependant d’avouer ta curiosité, ainsi que tes recherches.De toute façon, elles n’avaient pour le moment rien donner. “▬ Et puis je vous l’ai dit, non ? Je suis capable d’encaisser. Donc, si vous voulez continuer votre … Chasse nocturne, c’est par là.”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mer 28 Fév - 18:33
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Le long silence d'Ellie alors qu'il est en train d'appliquer le branche en feu sur sa blessure fait comprendre à Ephraem que sa démonstration de force l'a quelque peu perturbée. En particulier les sorts impardonnables. Mais il la regarde à peine alors que la douleur lors de l'application de la branche lui fait serrer les dents, sans qu'un son ne sorte de sa bouche. La douleur, il la connaît assez pour savoir la refouler au maximum. Jusqu'à un certain seuil comme tout le monde, mais le sien de part son passé, était particulièrement élevé.

Peut être dois-je remercier mes parents pour ça, ce serait bien la première fois que ça m'arrive.

Alors que l'odeur de chair brûlée na pas encore disparue, il entend son élève s'approcher de lui doucement. Il croise son regard alors qu'elle se tient juste devant lui, baguette en main. Mais Ephraem n'y voit aucune intention de nuire, mais bien de l'aider. Contrairement à lui, elle doit très certainement être capable d'utiliser des sortilèges de soin, au moins les basiques. En ce qui le concerne, sa colère combiné à sa violence le rend incapable de lancer correctement le moindre sortilège médical. Bien qu'il en fut capable avant d'être forcé de rejoindre les rangs de Voldemort, il a perdu cette capacité au fil des ans.

Bon, j'imagine que ça ne me coûte rien de la laisser faire. Si ça peut m'éviter des désagréments durant quelques semaines.

Ephraem acquiesce d'un léger signe de tête et laisse alors Ellie soigner sa blessure. Il ne peut retenir un sourire discret en voyant la grimace de son élève devant la blessure calcinée. Certes pas belle à voir, mais pas si grave que ça en réalité maintenant qu'il l'avait cautérisée. Quand à la douleur, il fait avec. Laissant la jeune femme se concentrer sur son sortilège, il observe les alentours aux aguets d'une autre attaque. Mais il semblerait que les effectifs d'araignées soient désormais nuls, il ne reste plus qu'à détruire le nid à quelques mètres de là. Un rire nerveux le prend alors qu'Ellie lui lance une petite phrase avant de le soigner.

Pas de problèmes, pour quelqu'un ayant subi plusieurs fois un doloris, c'est pas ça qui va me déranger. Et soyez tranquille, je ne vous attaquerai plus, pas maintenant que j'ai retrouvé mon … calme.

Mais pourquoi je lui parle de moi là ?

C'est bien là le soucis lorsqu'il est pleinement lui même, son désir de parler, d'échanger comme il le faisait autrefois. Dans ces moments là il baisse bien trop sa garde, au risque de faire la gaffe qui l'enverrai immédiatement à la case Azkaban. Le professeur prend une longue inspiration et fait quelques mouvements afin de tester l'efficacité du soin. Satisfait il réajuste sa tenue et s'étire tout en écoutant sa protégée avouer qu'il avait tout de même ses raisons d'être énervé.

Merci Ellie. Je n'arrive plus à lancer de sorts médicaux depuis longtemps désormais, mais faut avouer que c'est bien pratique.

Autant donner une explication, elle se demandera certainement pourquoi je ne l'avais pas fait pas moi même sinon.

En ce qui vous concerne, j'ai bien noté effectivement que vous avez de très bonnes qualités. Que j'ai justement tenus à mettre en pratique ce soir. Voir si je ne m'étais pas trompé. Je suis satisfait de voir que j'étais dans le vrai.

Ephraem reprend ensuite la route derrière Ellie vers le repaire des araignées. Il ne leur faut pas longtemps avant d'arriver au nid, où se trouvent encore deux araignées, rapidement éliminés, mais surtout de nombreux œufs. En voyant leur nombre, le professeur de défense contre les forces du mal se réjouit des événements l'ayant conduit ici. Il y avait devant largement de quoi doubler le nombre de créatures les ayant attaqué jusque là. En quelques mois, cela serait devenu un réel problème pour toute la faune locale.

Bon, détruisons tout ça ! Je n'en avais jamais vu autant, à croire que c'était le nid de toute la forêt. La chasse est fructueuse ce soir.

Alors qu'ils entament leur besogne, ils sont rapidement dérangés par un bruit derrière eux. Ephraem se retourne d'un coup, prêt à l'action. Il fige en revanche en voyant en face de lui son propre reflet. Du moins une version de lui, aux yeux démens, encore plus que dans ces mauvais jours, un rictus aux airs sadique, et éclaboussé de sang. Dans un grognement, Eph pointe son arme de sorcier dans la direction de l'apparition et lance un avada kedavra dans la foulée. Mais le sortilège est sans effet, et il comprend alors à quoi il a affaire. L'apparition semble toutefois tenter de prendre la fuite, où de s'en aller tout simplement.

Riddikulus …

Cette fois-ci, c'est efficace, et son autre version pousse un cri de douleur alors que de longues stries sanglantes apparaissent sur son corps. Puis il s'écroule comme mort, laissant apparaître une flaque de sang autour de lui. Puis la vision disparaît d'elle même. Ephraem est cependant tendu, il sait qu'Ellie a assisté à la scène, qu'elle a tout vu. Que malgré la pénombre, elle a bien remarqué quel visage leur faisait face.

J'aurais du la ramener a Poudlard, fais chier …


Saloperie d'épouvantard, si je tenais celui qui l'a relâché ici depuis Lupin ...

MADE BY KA
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mer 28 Fév - 21:13
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

“Pas de problèmes, pour quelqu’un ayant subi plusieurs fois le Doloris, c’est pas ça qui va me déranger.” Tu plisses les yeux, tandis que tu recules ta baguette. Effectivement, niveau douleur, le pauvre de soin devait être bien loin d’un Doloris … Ce n’est pas pour rien que ce Sortilège avait été classé comme Impardonnable, après tout. Néanmoins, tu en viens à te demander comment une personne, Mangemort qui plus est, aurait pu se retrouver en position de subir autant de Doloris qu’il semble le décrire dans sa vie. Tu avais entendu des histoires, certains sorciers étaient devenus fous après en avoir subit un seul et unique. Cela dit, pour le moment, tu ne poses pas de questions. Oh, elles viendront, et tu le sais. Mais le moment ne te parait pas très approprié, surtout maintenant qu’il a retrouver son calme. “Merci Ellie. Je n’arrive plus à lancer de sorts médicaux depuis longtemps désormais, mais faut avouer que c’est bien pratique.” Plus que pratique, même. Mais tu devais avouer que celui-ci était l’un des rares que tu maîtrisais à peu près correctement. Tu avais plus tendance à étudier les sorts d’attaque et de défense, en ce qui te concernais. “En ce qui vous concerne, j’ai bien noté effectivement que vous avez de très bonnes qualités. Que j’ai justement tenu à mettre en pratique ce soir. Voir si je ne m’étais pas trompé. Je suis satisfait de voir que j’étais dans le vrai.” Franchement, était-ce bien la peine d’en arriver là, juste pour voir de quoi tu étais capable ? Pas sûre. La bonne nouvelle, c’est que tu avais visiblement réussi à prouver de quoi tu étais capable, malgré quelques … désagréments entre deux.

Il se remet finalement en route, reprenant la direction dans laquelle tu lui avais indiqué pouvoir sans doute trouver un nid d’araignées et effectivement, au bout de quelques minutes à peine, deux nouvelles araignées apparaissent, avant d’être rapidement éliminées, laissant place à une quantité impressionnante d’oeufs. Tu grimaces devant ce spectacle peu ragoûtant … Il y avait au moins de quoi faire naître un bon millier d’araignées là. “Bon, détruisons tout ça ! Je n’en avais jamais vu autant, à croire que c’était le nid de toute la forêt ! La chasse est fructueuse ce soir.” Mh. Bon, au moins tu pouvais être fière de toi, tu n’avais visiblement pas dénicher n'importe quel nid. Ton professeur se met alors à détruire les oeufs, paquet par paquet, et tu prends un autre côté pour en faire de même, détruisant quelques oeufs en les enflammant. Cependant, après avoir détruit à peine quelque paquet d’oeufs, un bruit se fait entendre derrière toi et tu te retournes subitement, en même temps d’ailleurs que De Cambourg. Là, tu assistes à une scène des plus étranges … Ton professeur est là, mais il est là en deux fois. Il y a celui que tu connais, celui qui te traîne dans cette forêt depuis plus d’une heure maintenant, et face à lui semble se trouver une autre version de lui-même. Celui-ci à le regard d’un fou furieux, comme s’il était prêt à tuer dans la seconde … Et pourtant, c’est l’autre qui lance aussitôt de nouveau un sortilège impardonnable. Le sortilège de mort, qui d’ailleurs ne fonctionne pas. “Riddikulus…” C’est en entendant la formule, que tu comprends qu’il s’agissait en fait d’un épouvantard. Celui-ci change aussitôt de forme, avant de disparaître dans la nuit. Tu soupires. Décidément, la nuit était pleine de surprises, tu avais bien fait de venir finalement... “Saloperie d’épouvantard, si je tenais celui qui l’a relâché ici après Lupin …” Bon, visiblement, ça n’avait pas l’air de lui plaire que tu ais pu assister à ça … Quoi de plus normal ? Il était son propre épouvantard. En fait, ça pouvait vouloir dire un tas de choses, mais dans son cas, tu étais prête à parier qu’un part de lui craignais véritablement ce qu’il devenait durant ses fameuses “sautes d’humeur”. Allons bon. Et maintenant, tu allais faire quoi, Ellie ? Il était là, planté devant toi. Il te tournais toujours le dos, et toi, tu n’osais même pas dire un mot, et encore moins faire un geste. Pourtant, à un moment, il allait bien falloir que l’un de vous réagisse …

Il te faut quelques minutes de plus pour décider que c’est à toi de le faire. Tu fais quelques pas en avant, balançant quelques sortilèges dans les sacs d’oeufs qui restent pour en finir une bonne fois pour toute face ce nid. Maintenant, terminé les araignées. Il avait eu ce qu’il voulait. Mission accomplie. Tu avances encore, jusqu’à arriver à sa hauteur, puis tu poses ta main sur son bras, pressant légèrement avec tes doigts. Geste qui se veut réconfortant, mais qui s’avère sans doute être plus maladroit qu’autre chose. “▬ Je pense que vous avez besoin de repos vous aussi …” Non seulement il y avait eu cet épouvantard, mais il avait été blessé aussi. Bref. Pour toi, c’était clair, il avait besoin de dormir. Ça ne pouvait pas lui faire de mal, de toute façon. Toutefois, tu le sens tendu. Stressé, peut-être. Tu n’en sais trop rien, tout ce que tu sais, c’est que quelque chose ne va pas, et tu en arrives vite à la conclusion que le fait que tu ais vu cet épouvantard avec son visage, ainsi que ce regard est la cause de ce trouble apparent. “▬ Je garderais ça pour moi, si ça peut vous rassurer. Et je ne compte pas non plus poser de questions … Pas maintenant, du moins.” Parce que oui, tout de même tu comptais bien obtenir tes réponses à un moment donné. “▬ Alors … Vous êtes d’accord pour rentrer, ou pas ?”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Jeu 1 Mar - 17:14
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Le vacarme derrière lui indique qu'Ellie à repris la destruction des œufs. Laissant de côté ses pensées et son trouble, Eph en fait de même. Le travail avance rapidement jusqu'à ce que bientôt, tout soit détruit. Il est tiré de la contemplation de son œuvre par une main venant se poser sur son bras. Un frisson le parcoure et par réflexe, il tourne la tête un peu trop rapidement à son goût, tout le reste de son corps s'étant tendu sur l'instant. Constatant qu'il ne s'agit que de son élève, il se détend avant de réfléchir si oui ou non il avait besoin de repos.

Non … Je me sens en plein forme en fait.

Il en fallait bien plus pour le forcer au repos. Ce n'était pas cette blessure qui allait le faire battre en retraite, surtout qu'elle était guérie. Il y avait certes un peu de perte de sang, mais rien d'insurmontable. Ephraem est toutefois rassuré par ce que lui dit Ellie, qu'elle ne compte pas parler de tout ça à quiconque. Mais il sait bien qu'elle voudra des réponses. Quitte à les obtenir par elle même et attirer l'attention.

Autant y répondre maintenant tant que personne n'écoute aux porte. Enfin … tout dépendra des questions aussi.

Je ne rentre pas, il est préférable que je m'assure qu'il n'y a pas d'autres nids de cette ampleur.

Sans compter que toute la destruction que je laisserai derrière moi me sera bénéfique et me permettra de garder le contrôle plus longtemps.

En revanche je vous raccompagne jusqu'au château, vous pourrez rentrer ensuite.

Peu probable qu'elle se fasse prendre ensuite, étant donné que je suis celui le plus à même d'arpenter les couloirs vers Serpentard.

Joignant le geste à la parole, le professeur pousse gentiment sa protégée en direction de la lisière de la forêt. Il marche alors légèrement devant elle, afin de montrer le chemin. Ses sens restent aux aguets, bien qu'il soit désormais peu probable qu'ils soient attaqués de nouveau. Cependant, cette forêt à la fâcheuse tendant, qu'il apprécie néanmoins, de réserver des surprises. Ephraem essaie d'estimer rapidement combien de temps ils mettront pour atteindre Poudlard sans transplaner, car il souhaite garder des forces.

Vingt minutes tout au plus, quinze en allant d'un bon pas.

Bon, nous avons un bon quart d'heure devant nous. Profitez-en pour poser vos questions. Je préfère encore y répondre que vous voir alerter tout le monde en allant enquêter à la bibliothèque.

Contrairement à ce que l'on croit, on laisse beaucoup de traces.

Il va de soi que je ne répondrai pas à tout, seulement ce que je juge nécessaire. Bien entendu, j'en poserai moi aussi. Donnant donnant.

Sait-on jamais, histoire d'assurer mes arrières si elle essaie de trahir sa promesse de silence. Je suis largement capable de percer des secrets par des non dits.

Ephraem reste pensif un instant, cherchant par quelle question commencer. Il ne fait d'ailleurs plus cas de la discrétion, les branches craquant sans ménagement sous ses pieds. Sa baguette est toujours prête à lancer un sort au cas où. Précaution élémentaire dans un tel lieu, voir quasi en permanence. Il est d'ailleurs rare de le voir sans son arme magique à la main. Et ce malgré les reproches de ses collègues. Il a beau faire un effort, les habitudes ont la vie dure.

Première question pour moi. Pourquoi vouloir devenir Auror ? Pour les prestige ? Pour le désir d'aider les autres ? Ou tout simplement pour prouver sa puissance ?

Je soupçonne le désir de puissance, désir plutôt casse gueule. On va bien voir la réponse.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Jeu 1 Mar - 19:57
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

“Je ne rentre pas, il est préférable que je m’assure qu’il n’y a pas d’autres nids de cette ampleur.” … Il n’y avait pas à tortiller, ce type était fou. Il venait d’être blessée par l’une de ces affreuses créatures, et pourtant, voilà qu’il voulait quand retourner à l’assaut d’un autre nid. “En revanche, je vous raccompagne jusqu’au château, vous pourrez rentrer ensuite.” Et voilà que maintenant tu étais partagée. Dire que tu voulais à tout prix rentrer tout à l’heure, et que maintenant, tu te demandais s’il ne valait pas mieux que tu restes pour l’aider un peu plus. Cela dit, encore une fois, il n’a pas réellement l’air disposé à te laisser le choix puisqu’il te pousse doucement dans une direction pour te faire avancer jusqu’à la lisière de la forêt. Tu soupires de soulagement en apercevant de nouveau le ciel, et surtout, le château juste devant à un peu moins d’un kilomètre. Tu suis ton professeur de près, histoire d’éviter de te perdre encore une fois, finalement pressée de pouvoir échapper à ces bois immondes. “Bon, nous avons un bon quart d’heure devant nous. Profitez-en pour poser vos questions. Je préfère encore y répondre que vous voir alerter tout le monde en allant enquêter à la bibliothèque.” Tes joues se gonflent légèrement lorsque tu entends cette affirmation. Tu savais être discrète d’abord. Et puis il y avait plein de raisons pour une élève de ton âge d’aller lire des bouquins à la bibliothèque. En plus, tu voulais devenir Auror, il était normal que tu étudies certains comportements. “▬ Ca alors, merci de la confiance.” Lâches-tu simplement en faisant quelques pas en avant. Et puis d’abord, qui irait soupçonner que tu faisais des recherches sur lui en particulier ? Aux dernières nouvelles, mis à part le fait qu’il soit ton professeur, tu n’avais aucun lien particulier avec ce bonhomme. “Il va de soi que je ne répondrais à tout, seulement ce que je juge nécessaire. Bien entendu, j’en poserais moi aussi. C’est donnant, donnant.” Bah tiens. Tu te disais bien aussi qu’il devait y avoir un traquenard quelque part. Cela dit, tu estimes avoir bien moins de choses à cacher que l’homme qui se tient en face de toi. Alors tu agites la tête pour accepter le marché. De toute façon, si tu voulais qu’il te répondes, tu n’avais pas vraiment le choix…

Tout en marchant, tandis que tu réfléchis à tes questions, il semble en faire de même. Et finalement, c’est de lui qui vient la toute première question. “Première question pour moi. Pourquoi vouloir devenir Auror ? Pour le prestige ? Pour le désir d’aider les autres ? Ou tout simplement pour prouver sa puissance ?” Tu prends le temps de réfléchir un moment, fixant le château qui se rapproche doucement mais surement. C’était une bonne question, en effet. “▬ Mh, un peu de tout ça, je dirais…” C’était une place de choix. Un métier qui allait te permettre de faire tes preuves, tout en aidant la population, tout en étant utile, surtout aussi. Et puis, évidemment, il y avait tout autre chose. “▬ Vous disiez tout à l’heure que je ressemblais à ma mère …” Tiens, finalement, c’est toi qui reviens sur le sujet. “▬ Et c’est la vérité. Au début, j’étais très fière de ça. Pour moi, elle incarnait tout ce que je voulais devenir. Mais ça a changer, depuis que je sais qui elle était vraiment.” De sorcière respectée au ministère de la magie, elle était passée à Mangemort. Criminelle. On ne marchait vraiment plus dans la même catégorie. “▬ Maintenant, j’essaie de me détacher d’elle. De son image. Alors … Je me dis que devenir Auror, c’est un peu faire tout le contraire de ce qu’elle a accompli dans sa vie.” Une façon d’exorciser, en quelques sortes.

Tu restes silencieuse un moment. Faisant quelques pas de plus, avant de finalement passer à ta question à toi. “▬ A moi alors.” Et tu avais la question parfaite, pour une première. En fait, c’est celle qui était passée en tête de liste après cette étrange soirée. “▬ C’est vraiment le seul moyen que vous ayez pour vous … soigner ? … Tuer, je veux dire. C’est bien pour ça que vous êtes allé dans cette forêt en pleine nuit, non ?” Oui, tu étais perspicace. Tu étais aussi arrivée à la conclusion qu’il ne le voulait pas réellement, rapport à cet épouvantard. Cela dit, la question de l’épouvantard viendrait par la suite, si tu en avais le temps. Et dans l’éventualité où il voudrait bien répondre à cette question là, au moins.
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Ven 2 Mar - 17:01
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Le trajet se déroule sans encombre jusqu'à présent, et Ephraem se permet donc de baisser légèrement sa garde afin de se concentrer plus attentivement sur sa discussion. Bien qu'il s'en doutait, Ellie accepte sa proposition de questions réponses. Il pense avoir cerné une partie de sa personnalité, la curiosité. Il semblerait qu'elle soit prête à des sacrifices pour la satisfaire. Cela ne le surprend pas plus que cela en revanche. Il en a vu beaucoup, de jeunes élèves, vouloir tout savoir le plus rapidement possible. Quitte a y laisser quelques plumes.

Après tout, j'ai moi même été comme ça. Même si ça me semble déjà si loin, sans que ça ne le soit vraiment.

Eph écoute donc attentivement la réponse de son élève à sa question. Elle ne semble pas totalement sûre de sa propre réponse, mais rien qui ne le choque. Son intérêt est piqué au vif à la mention de la mère d'Ellie. Pour une fois que c'était elle qui mettait ce sujet sur le tapis. Il semblerait qu'elle ne sache plus vraiment quoi penser d'elle. Ephraem aimerait lui apporter une réelle réponse sur le sujet. Mais il ne la connaissait pas assez pour ça, il ne connaissait personne de toute manière, à part ses parents.

Par contre, sa mère à elle, ne l'a pas forcé à rejoindre les Mangemorts. Pour moi elle n'est pas si mauvaise que ça.

Je ne connaissais pas vraiment votre mère. On s'est seulement retrouvé aux mêmes endroits plusieurs fois et échangés quelques mots. Mais n'ayez pas une si mauvaise opinion d'elle. Tout ce qu'elle a accomplit n'est pas mauvais.

J'aurais volontiers échangé mes parents avec les siens.

Les miens étaient obsédés par leur sang pur. Ils ont tentés de m'inculquer la même chose dès que je fus en âge de comprendre. Mais ça n'a jamais vraiment fonctionné. Je n'ai jamais compris leur obsession pour ça.

Comme si la pureté était synonyme de force en fait. Pourtant on a eu la preuve qu'il n'en est rien.

Alors lorsqu'ils ont appris que j'avais une liaison avec une sang-mêlée, ils sont entrés dans une rage folle. C'est là qu'ils m'ont fait subir mon premier doloris. Torturé par mes propres parents, vous voyez la tableau. Puis ils m'ont introduits chez les Mangemorts, dont ils faisaient déjà partis.

Attention à la suite, ne révèle pas n'importe quoi. Je dois omettre certains détails.

On m'a ensuite embarqué dans un raid. Qui avait pour objectif la famille de la fille avec qui j'avais été forcé de rompre. Ça ne leur suffisait pas. Ils ont tués toute sa famille devant elle. Puis ce fut son tour, devant moi.

Pas la peine de dire que j'ai du la tuer moi même. Même si je n'avais pas réellement le choix.

Ils n'ont pas aimés ma réaction, mes larmes, que je désapprouve. Alors ils m'ont de nouveau torturé. Il y eut de nombreuses autres fois où ils y eurent recours.

Trop pour les compter.

Puis un jour, alors que je subissais justement une nouvelle session. Quelqu'un a interféré en ma faveur. Peut être votre mère, elle était présente. C'était au retour d'une mission commune. La dispute à éclaté, et ce fut la première fois que mon esprit à complètement craqué. Oh je nageais déjà dans un brouillard de colère, mais cette fois, je me suis déchaîné.

Ephraem laisse un moment de silence se faire avant de reprendre son récit. Il avait noté que malgré lui, sa voix s'était légèrement durcie et accélérée à ces souvenirs. Comme quoi il allait bien avoir besoin de retourner en forêt juste après. Mais le contrôle qu'il arrive à garder actuellement lui permet de rester en confiance et de continuer son récit encore un peu.

Ils ont du s'y mettre à six pour me maîtriser, et aucun n'en est sorti indemne, moi y compris évidement. J'ai d'ailleurs tué un des six dans le combat. Je ne faisais aucune distinction entre amis et ennemis. Bon, mes parents étaient un peu plus visés que les autres il me semble. Quoiqu'il en soit, je n'en garde que peu de souvenir, ma haine ayant débordé et m'ayant relégué loin dans mon propre esprit.

Je vais finir par l'effrayer complètement. Au moins comprendra t-elle pourquoi il faut se méfier de mon humeur et évitera de me mettre sur les nerfs.

Je n'ai repris conscience que plusieurs heures plus tard. Totalement maître de moi même. Depuis cet épisode, j'ai bien tenté d'autres méthodes, mais rien n'y fais, seule la violence me permet de garder sous silence la haine en moi. C'est pour cela que je viens ici pour affronter quelques créatures, pas forcément les tuer, de nuit.

Bon, en général je finis toujours les tuer. Mais vaut mieux ces créatures que des élèves.

Tout ça pour à la fois répondre à votre question, mais aussi pour vous faire comprendre que votre mère n'était pas aussi mauvaise que l'on peut le croire. J'ignore ses motivations, si elle était aussi convaincue par le sang pur, où si elle agissait par peur ou quoique ce soit d'autre. Mais elle est loin d'être aussi condamnable que mes parents par exemple.

Voilà bien longtemps que je n'avais pas autant parlé de moi même. Bon, ma question désormais.

J'ai noté l’intérêt que vous portiez à mon sortilège. Vous voulez en savoir plus j'imagine ?

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Sam 3 Mar - 23:35
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

Répondra, répondra pas. La question reste en suspend durant à peine quelques secondes, seulement. Visiblement, il a décidé d’ouvrir un peu les vannes. Peut-être parce qu’il est désormais plus calme, et que c’est plus simple lorsqu’il est dans son état normal … Ou alors est-ce la mention de ta mère, et le fait que tu te mettes à parler d’elle librement, par toi-même qui le pousse à faire de même. En fait, peu importe. Tu voulais des réponses, et maintenant qu’il te parle, tu ouvres grand tes oreilles, et tu n’en perds pas une seule miette. “Je ne connaissais pas vraiment votre mère. On s’est seulement retrouvés aux mêmes endroits plusieurs fois et échangés quelques mots. Mais n’ayez pas une si mauvaise opinion d’elle. Tout ce qu’elle a accompli n’est pas mauvais.” Tu hausses les épaules, tu en fixant tes pieds, tandis que tu marches. C’était bien ça, le problème. Tu ne pouvais pas mettre ta mère dans une case, ou dans l’autre. Une part d’elle avait été mauvaise, maléfique, cruelle et sans coeur. Mais tu ne parvenais pas non plus à oublier ta maman, celle que tu connaissais si bien, ou que tu croyais connaître. Celle qui s’était finalement si bien occupé de toi, et de ta soeur. Celle qui - tu le pensais - avait tout de même aimer ton père, au point d’avoir deux enfants avec lui du moins. Rien n’était cohérent, dans tout ça et elle n’était malheureusement plus là pour rendre des comptes ou donner des explications. Tu soupires tristement, laissant tes souvenirs de côtés lorsque ton professeur évoque subitement ses propres parents. Ce n’est même pas une question que tu as posée ça … mais évidemment ça t’intéresse. Tu te rends très vite compte, à travers ce qu’il te raconte, qu’il est issu de l’une de ces familles au sang pur, l’une de ces familles prêtes à tout, absolument tout pour conserver leur statut de sang, si important à leurs yeux et pourtant, si dérisoire pour toi, quand tu y penses. Une éducation stricte. Des principes néfastes. De quoi ruiner une enfance, puis une adolescence. Pourtant, il avait résisté. Ce qui te fait esquisser un sourire. Un sourire qui toutefois s’efface lorsqu’il évoque la colère de ses parents face à son amour pour une sang mêlée, et le sortilège de doloris qui avait été employé pour le punir. Ton coeur se sert. Torturé par ses propres parents, les deux en plus, et puis forcé d’entrer chez les Mangemorts en plus de ça … Ta mère au moins t’avais épargné ça. Et puis toi, tu avais un père en or, même si tu ne lui disais sans doute pas assez. Quoi qu’il en soit, tu ne l’interrompt pas. Tu le laisse continuer sur sa lancée alors qu’il passe sans doute à la pire partie de cette histoire. Il aborde un raid de Mangemort … Un raid sur la famille de la jeune femme qu’il aimait à l’époque. Forcé de rompre avec elle, et pourtant, il avait quand même fallu qu’elle soit tuée sous ses yeux, elle, mais aussi sa famille au complet. Ta main vient se placer sur tes lèvres, face à l’horreur et à la violence de tout ce qu’il te raconte. Tu songes qu’il te confie des choses réellement très personnelles tout à coup, pas le genre de chose que l’on raconte à n’importe qui, du moins. Tu grimaces encore une fois, quand il parle de la punition qu’il avait subi pour les larmes versées puis de toutes les autres, dont celle qui l’avait conduite à l’état dont il était victime encore aujourd’hui. Il te raconte ses premières crises de colère et de violence, des crises toujours fatales pour quelques personnes, et il aborde donc à partir de ce moment le sujet de ta question. Il t’explique qu’il se souvient rarement de quelque chose après ça. Il répond ensuite clairement à ta question, en t’indiquant qu’il avait bien essayé d’autres choses mais que rien n’avait été très concluant, au final. “Tout ça pour répondre à votre question, mais aussi pour vous faire comprendre que votre mère n’était pas aussi mauvaise que l’on peut le croire.” Forcément, oui. A côté de ses parents à lui, ta mère paraissait être un ange… Une nouvelle fois, tu hausses les épaules. “▬ Je ne connaîtrais jamais ses motivations … Elle n’est plus là pour m’en dire plus.” Tu ne sais même pas si elle aurait été capable de t’expliquer de toute façon. Ou si elle serait parvenu à être convaincante. “▬ Il y a … un syndrome, chez les moldus. Ou une maladie, peu importe. Ça s’appelle la “double personnalité”, c’est assez semblable à ce que vous … avez.” Et maintenant que tu en parles, tu ne sais pas trop si c’est une bonne, ou une mauvaise nouvelle.

“J’ai noté l'intérêt que vous portiez à mon sortilège. Vous voulez en savoir plus, j’imagine ?” Voilà qu’il te tirais littéralement les questions de la bouche, maintenant. Tu agites cependant la tête de haut en bas pour indiquer qu’effectivement, ce sortilège t’intrigues au plus haut point. “▬ Je l’avoue, oui. La formule que vous avez utilisée ne me dis rien …” Ni vue, ni lue, ni entendue quelque part, jamais. Ce sortilège était totalement inconnu au bataillon. En plus, tu n’avais même pas encore saisi, même en le voyant l’utiliser plusieurs fois, ce qu’il était capable de faire, exactement. “▬ Qu’est-ce que c’est ? En quoi il consiste ? J’avoue que je n’ai jamais rien vu de tel …” Il avait quand même été capable de transpercer plusieurs araignées, au point de pratiquement les couper en deux. Et c’est qu’elle avait la peau dure, ces saletés. En plus, tu étais pratiquement certaine de l’avoir entendu utiliser le même sort, pour un effet de protection … bref, c’était bizarre. “▬ D’où est-ce qu’il sort ?”
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mar 6 Mar - 19:35
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Raconter son histoire lui avait fait du bien, comme un nouveau poids qui s'en va. Jusqu'à ce qu'il finisse par revenir. Tout compte fait, Ephraem se dit que cette soirée n'est pas aussi mauvaise qu'il l'avait pensé au début. De plus, il note bien que son passé et toutes les horreurs qui vont avec ont marqués Ellie. Et encore, elle n'a pas tout les détails, en particulier celui comme quoi il est celui qui à tué la fille qu'il aimait. Personne n'est au courant de toute manière, à part quelques Mangemorts.

C'est pas comme si elle n'était pas condamnée de toute manière. J'ai sauvé ma peau.

Un certain amusement se lit sur son visage alors que son élève semble chercher la raison de son mal. Le dédoublement de personnalité. Il en a entendu parlé, mais il n'est pas sûr qu'il s'agisse vraiment de ça. Son cas lui semble plus complexe, sûrement lié par la magie aussi. D'autant plus que mis à part la première fois, il garde toujours souvenir de ses pétages de plombs. Seulement, il est incapable de maîtriser quoique ce soit, comme s'il était possédé.

Bon, c'est sûrement tout bêtement l'expression de mon propre dégoût et de ma souffrance.

Oui j'en ai entendu parlé. Bien qu'il y ait de ça, mes accès d'humeur sont plus complexe qu'un simple changement de personnalité. Par exemple, quand je vous ai attaqué, j'avais le contrôle, mes pensées étaient bien les miennes, mais la dégradation de mon humeur m'empêche de garder le contrôle de certains de mes gestes. Plus mon humeur se dégrade, plus le contrôle se perd, jusqu’à ne plus en avoir.

Ne désirant plus s'étendre sur le sujet plus longtemps, Ephraem pose sa question suivante. Son sortilège clipestam n'ayant pas manqué d'éveiller l’intérêt de son élève. Plusieurs Mangemorts avaient tentés de copier son sort, mais jamais avec succès. On l'avait forcé à leur apprendre, sans succès non plus, du moins pas totalement. Il n'était d'ailleurs pas certain de vouloir léger ce sort au monde des sorciers. Certes la partie défensive était appréciable, mais la violence de la partie offensive est plutôt effrayante.

Le ministère le fera sûrement interdire, le catégorisant comme un des impardonnables.

C'est un sortilège que j'ai créé moi même. Du moins, que ma colère à créé. Pour autant que je sache, je suis le seul à savoir l'utiliser. Quelques Mangemorts le connaissent mais ne savent pas s'en servir.

Ces idiots se contentent de vouloir trucider leurs adversaires sans utiliser de défense. Normal que ça ne fonctionne pas.

Le sort est très complet, pouvant dresser un bouclier impénétrable tout comme il peut transpercer tel une lance. Seulement, son utilisation est complexe. Il faut un état d'esprit particulier, entre le désir de vivre et celui de vouloir tuer son adversaire.

Mouais, je simplifie beaucoup quand même. Il y a tellement de choses à savoir sur ce sort pour le lancer correctement.

Ne vous amusez pas à le lancer surtout. Pas sans moi en tout cas. Il a une fâcheuse tendance à se retourner contre l'utilisateur si mal utilisé. Néanmoins, je suis disposé à tenter de vous l'enseigner. Si vous en éprouvez l'envie.

Le temps passe vite quand on est occupé, et Ephraem aperçoit déjà la lisère de la foret apparaître devant eux. Il ralentit néanmoins légèrement le pas, désireux d'échanger encore un peu avec Ellie. Il en est le premier surpris d'ailleurs. La sociabilisation étant loin d'être son fort, mais maintenant qu'elle est au courant de ses secrets, du moins les moins critiques, il se sent presque lié à elle. Comme s'il avait une complice. Quelqu'un envers qui il peut se confier. Dommage que ce soit une élève en vérité,  enfin, disons surtout qu'il risque d'y avoir des ragots, qui ne lui plairont pas.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Mer 7 Mar - 14:47
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

“Oui j’en ai entendu parler.” Tu relèves les yeux, curieuse d’entendre son avis sur la question de cette pathologie moldu. Bien sûr, tu ne pensais pas que c’était aussi simple. Les sorciers fonctionnaient différemment des moldus, leur magie était partout, elle se mêlait à tout ce qui compliquait grandement les choses. Sans doute pour ça que tu fuyais le domaine de la médicomagie. Comme prévu, il sait que son soucis est bien plus complexe qu’un simple dédoublement de personnalité, plus violent, aussi semble t-il. Comme exemple, il revient sur l’attaque dont tu avais été la victime - et que tu n’étais d’ailleurs pas prête d’oublier -  et tu ne peux retenir une grimace lorsqu’elle vient s’installer sur ton visage au souvenir de la douleur.

La question du sortilège vient apaiser un peu les choses. C’est un sujet bien moins grave, bien moins personnel sur lequel d’ailleurs tu n’hésites pas à poser plusieurs questions, sans réserve. “C’est un sortilège que j’ai créer moi-même.” Impressionnant … Tu commençais à comprendre pourquoi cet homme était devenu professeur, au final. Il n’était pas un simple Mangemort, non, il semblait en plus du reste être un sorcier particulièrement doué et habile de sa baguette. Créer un sortilège était une tâche compliquée, peu de sorciers y parvenaient d’ailleurs, et pour cause : ce n’était pas anodin. Normalement, chaque sortilège existant était répertorié par le ministère, puis classé. Certains étaient jugés utile à l’apprentissage, d’autres non, certains étaient classés dangereux, d’autres utiles, et certains étaient tout simplement impardonnables. Rares étaient les sortilèges qui n’étaient pas connu du ministère, d’ailleurs, tu savais d’après ta mère que le département de la justice magique avait les sortilèges de ce genre en horreur … “Pour autant que je sache, je suis le seul à savoir l’utiliser. Quelques Mangemorts le connaissent mais ne savent pas s’en servir.” En vérité … ce n’était pas étonnant. Un sortilège personnel était difficile à enseigner. Il fallait déjà des années pour le mettre au point. “Le sort est très complet, pouvant dresser un bouclier impénétrable tout comme il peut transpercer telle une lance. Seulement, son utilisation est complexe. Il faut un état d’esprit particulier, entre le désir de vivre et celui de vouloir tuer son adversaire.” … Mh. Complexe, en effet. Ce sortilège fonctionnait comme les sortilège impardonnables. N’importe qui n’était pas capable de s’en servir. Il fallait vouloir la souffrance, voir la mort d’un autre du plus profond de son cœur, pour parvenir à lancer ces sorts particuliers et contrairement à la croyance populaire, un simple sentiment de colère ne suffisait pas. Il fallait un cœur sombre. Une âme noircie … “Ne vous amusez pas à le lancer surtout. Pas sans moi en tout cas. Il a une fâcheuse tendance à se retourner contre l’utilisateur si mal utilisé.” Tiens. Il commençait à te cerner. Tu n’avais pas songer à tenter de l’utiliser, du moins pas encore. Maintenant qu’il en parler, tu te connaissais assez pour te dire que tu en aurais sans doute eu l’idée, à un moment, ou à un autre … même si en dehors de ce soir, tu ne voyais pas encore pour le moment pourquoi tu aurais eu besoin d’utiliser un tel sort. “Néanmoins, je suis disposé à tenter de vous l’enseigner. Si vous en éprouvez l’envie.” Tu t’arrêtes un instant d’avancer. Maintenant, tu en venais à vraiment te poser des questions. Il venait de te confier énormément de choses sur son passé, des choses que tu pensais réellement personnelles, en plus. Des choses qu’on ne racontait pas si facilement. Et maintenant, voilà qu’il te proposait de t’enseigner un sortilège qui était le sien et qu’il avait pourtant eu l’air de vouloir garder pour lui, jusqu’ici. Alors, alors qu’il te passe à côté, n’ayant sans doute pas remarqué ton arrêt soudain ta main vient rapidement attraper son poignet que tu sers entre tes doigts pour le retenir. “▬ Pourquoi … Pourquoi est-ce que vous feriez ça pour moi ?” Alors oui, tu avais soif d’apprendre. Et forcément qu’un tel sortilège était intéressant pour toi. Attaque et défense combinées dans un seul et même sort, c’était pratique, puissant, aussi. C’était clairement le genre de sortilège que tu serais disposée à apprendre et à utiliser … Pourtant, tu ne peux quand même pas t’empêcher de poser la question. Et pour ça, tu retardes encore le retour jusqu’au château en t'arrêtant tout bonnement d’avancer. “▬ Vous auriez pu refuser de me parler, ou m’en dire beaucoup moins à votre sujet. Et pourtant … Vous m’avez tout raconter. Pourquoi ? Et ne me dîtes pas que c’est pour éviter que je fouine, vous avez très bien que je n’aurais jamais été chercher quoi que ce soit sur votre passé à la bibliothèque du château.” Tout simplement parce qu’on ne trouvais pas l’histoire des autres là bas. “▬ Vous vouliez des questions, alors voilà la dernière : pourquoi ?” Pourquoi toi.
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 34
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Ven 9 Mar - 19:40
La curiosité est un vilain défaut
ft. Ellie Watchburry
Alors qu'ils sont presque en bordure de forêt, les paroles d'Ephraem semblent provoquer quelque chose chez son élève. Suffisamment pour qu'elle porte sa main sur son poignet pour le forcer à s'arrêter. Le geste surprend Eph, qui réussit tout de même à calmer ses réflexes d'auto défense. Il ne souhaite pas reproduire l'incident survenu plus tôt.

Qu'est-ce qu'elle veut encore ? J'espère qu'elle ne compte pas venir avec moi encore.

Ephraem écoute donc attentivement Ellie, alors qu'elle exprime son désarroi devant la bonne volonté qu'il semble avoir envers elle. Il est vrai que ce n'est pas une habitude qu'un professeur se doit d'avoir. Mais Eph s'est rapidement pris au jeu, peut être même voit-il quelque chose en elle, sans qu'il ne sache vraiment quoi encore.

Pourquoi elle ? Bonne question, je n'ai pas de réponse. Ou peut être que si. Je ne sais pas …

Et pourquoi pas ? Après tout, qui n'a pas envie de raconter son histoire ? De partager son savoir ?

Il reprend alors lentement le chemin du château, prenant soin de ne pas accélérer. Il est pensif, cherchant une réponse plus convenable, plus vraie peut être même. Même si sa réponse actuelle n'est pas si dénuée de sens en vérité. Combien de fois a t-il eu envie de faire savoir aux autres ce qu'il avait subi ! De partager son fardeau d'une certaine manière.

En fait, mon histoire n'est pas très connue. La plupart des autres professeurs la connaissent, du moins la version courte.

La version longue ne me sera pas plus bénéfique de toute manière.

Ils restent tous cantonnés au fait que j'ai été Mangemort, à peine prennent-ils en considération le reste. C'est pour ça qu'ils ne m'aiment pas.

Et c'est réciproque du coup.

J'ai décelé en vous le genre de personne capable de comprendre. Qui ne juge pas suivant un seul fait mais plusieurs. C'est pour ça, je pense, que je vous ais confié tout ça.

Je n'en suis toujours pas sûr … Mais qu'est-ce que je fais ?

Du coup, je vous apprécie plutôt, ce qui croyez moi, est chose suffisamment rare pour être noté. A partir de là, est-ce si surprenant que je souhaite vous accorder de meilleurs leçon qu'aux autres ?

Sur ce, Ephraem reprend son allure plus rapide d'avant. Il ne souhaite plus parler, seulement terminer cette nuit. Les aveux qu'il vient de faire le perturbent, et il faut qu'il se ressaisisse. Il compte donc rapidement raccompagner Ellie jusqu'à la lisière et ensuite retourner à son occupation première. Les dernières minutes de trajet se font donc en silence, jusqu'à enfin émerger des bois.

Vous devriez pouvoir rentrer maintenant. Je vous laisse vous débrouiller. Après tout, vous avez bien réussi a me filer sans être vue. Le retour ne devrait pas poser de problème. Bonne nuit, et j'espère que vous avez bien retenu le cours du précédent cours.

J'aime bien les interrogations surprises. Ils sont calmes et sont en proie à la panique.

Puis, sans attendre de réponse, Ephaem repars dans les bois, en quête d'une nouvelle proie. Afin de s'assurer de ne pas être suivit, il transplane plusieurs fois pour brouiller les pistes. Il trouve rapidement sa prochaine proie et se met en chasse.

MADE BY KA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ϟ petites note : 33
ϟ ici depuis le : 15/02/2018
Sam 10 Mar - 15:01
la curiosité est un vilain défaut
ellie & ephraem

Peut-être es-tu devenue trop méfiante, au fil du temps … Peut-être que c’était encore et toujours en rapport avec ta mère. Elle, elle avait toujours eu toute ta confiance, la confiance naturelle d’une fille pour sa maman, et elle avait tout de même réussi à la briser au point où désormais, il n’était plus si simple pour toi de laisser les choses se passer sans songer à poser des questions, ou au moins à t’interroger. Cet homme, tu ne le connaissais pas, et il ne te connaissais pas non plus. Voilà un peu plus d’une semaine que tu étais revenue à Poudlard, et tout autant que tu l’avais rencontré, donc. Il était intriguant, tu ne pouvais pas le nier. Du moins, il l’était à tes yeux. La toute première discussion que tu avais eu avec lui avait eu le don de te pousser à tenter d’en savoir plus, jusqu’à le suivre cette nuit, juste parce que l’occasion était trop belle, et que tu n’avais pas pu résister à cet appel muet. Après cette soirée, tu avais bien sûr encore plus envie d’en savoir plus, même si tu devais avouer que pour l’heure, tu avais eu ta dose d’informations et d’histoires pour un bon moment. Et pourtant … maintenant qu’il semble t’offrir quelques privilèges que tu n’es sans doute pas en mesure de refuser, tu doutes, tu te questionnes. Pourquoi. Pourquoi toi ? Et pourquoi t’accorder du temps, et de l’énergie ? Comment pouvait-il être certain que tu en valais la peine, après tout ? “Et pourquoi pas ? Après tout, qui n’a pas envie de raconter son histoire ? De partager son savoir ?” La réponse est loin de te satisfaire. Même si tu es loin de pouvoir prétendre le connaître, un part de toi ne peut s’empêcher de penser qu’il n’est pas ce genre d’homme… Non, en fait, il avait plutôt l’être d’être un homme à secret, relativement discret.

Lui qui s’était arrêté lorsque tu l’avais retenu reprends maintenant son chemin, tandis que toi, tu restes encore là, debout et immobile un petit instant, fixant son dos. “En fait, mon histoire n’est pas très connue. La plupart des autres professeurs la connaissent, du moins la version courte.” Oui, mais ça, tu t’en fichais. Les professeurs, c’était une chose. Toi, tu n’étais qu’un élève au beau milieu d’une foule d’autres. Alors, encore une fois, tu n’étais pas satisfaite. “Ils restent tous cantonnés au fait que j’ai été un Mangemort, à peine prennent-il en considération le reste. C’est pour ça qu’ils ne m’aiment pas.” Tu baisses les yeux un instant, avant de te remettre à marcher, accélérant le pas pour venir te replacer à sa hauteur. Tu avais l’impression de saisir où il voulait en venir. Toi, tu avais su depuis votre première conversation que cet homme était un ancien Mangemort, et pourtant, tu n’avais pas pris tes distances pour autant, bien au contraire. Tout l’inverse des autres, visiblement. “J’ai décelé en vous le genre de personne capable de comprendre. Qui ne juge pas suivant un seul fait mais plusieurs. C’est pour ça que je vous ai confié tout ça.” Là, en revanche, tu comprenais. L’explication était valable, et plutôt logique en fait. Ta mère avait été un Mangemort, tu n’étais donc pas capable de haïr ce statut, peu importe qu’il soit de mauvaise augure. “Du coup, je vous apprécie plutôt, ce qui croyez moi, est chose suffisamment rare pour être noté. A partir de là, est-ce si surprenant que je souhaite vous accorder de meilleures leçons qu’aux autres ?” Non. En effet. D’ailleurs, tu ne peux pas t’empêcher de sourire … “▬ Vu sous cet angle … Je suppose que non.”

Ton professeur accélère alors de nouveau la cadence, et tu avoues avoir subitement du mal à le suivre. Ça ne t’empêche cela dit pas de terminer avec ce que tu as à dire. “▬ Moi aussi je vous aime bien. Vous savez ?” Tu as élever un peu la voix, afin qu’il t’entendes puisque malgré tes efforts, tu n’arrives plus à te re placer à côté de lui pour avancer. “▬ Vous avez un truc. Je sais pas trop ce que c’est, mais c’est … différent. C’est pour ça que je vous ai suivi.” Bon, visiblement, lui n’avait plus l’air d’avoir envie de faire la parlote. D’ailleurs, il était déjà arrivé à la lisière de la forêt, et s’était même arrêter, attendant que tu le rejoignes enfin. “Vous devriez pouvoir rentrer maintenant. Je vous laisse vous débrouiller. Après tout, vous avez bien réussi à me filer sans être vue. Le retour ne devrait pas poser de problème. Bonne nuit, et j’espère que vous avez bien retenu le cours du précédent cours.” Tu ouvres la bouche … mais tu n’as pas le temps de répondre quoi que ce soit que déjà, il disparaît dans les bois. Tu l’entends transplaner, et le silence revient. Tu frottes alors tes épaules, avisant le château. “▬ Bah bonne nuit vous aussi. Ça va aller, je saurais me débrouiller sans soucis.” Tu parles toute seule, tu le sais bien. D’ailleurs, tu soupires une dernière fois avant de remonter vers l’école. Comme prévu, tu parviens à rejoindre ton dortoir sans aucun problème, et à peine dans ton lit, tu t’endors, épuisée.
Made by Neon Demon

_________________
I told you to run, so we'd both be free
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ VULNERA SANENTUR. :: Poudlard :: L'extérieur :: La forêt Interdite-
Sauter vers: